/opinion/blogs/columnists
Navigation

Alliance NPD-libéraux: un affront envers la démocratie

Coup d'oeil sur cet article

Le chat est sorti du sac, une alliance formelle lie les néodémocrates de Jagmeet Singh avec les libéraux de Justin Trudeau. Concrètement cela veut dire que le NPD appuiera le gouvernement lors des votes de confiance et lui assurera la majorité que les Canadiens lui ont refusé. Et cet appui qui s’échelonnera jusqu’en 2025 (!) nous coûtera collectivement très cher!

Acheter la majorité

Les Canadiens ont refusé de donner la majorité au gouvernement Trudeau. Dans leur sagesse, ils ont préféré le garder au pouvoir faute de mieux, mais en lui servant un avertissement : vous allez devoir vous entendre avec tous les partis d’opposition pour gouverner.

Plus de 600 M$ ont été dépensés pour organiser une élection dont personne ne voulait et qui a mené au même résultat. Le communiqué annonçant cette alliance aurait pu avoir comme titre : vous ne vouliez pas me donner la majorité, je l’ai achetée.

On pensait que 600 M$ c’était déjà beaucoup d’argent, on ne savait pas que Justin Trudeau est prêt à dépenser bien plus pour gouverner en majoritaire. Il est prêt à adopter la plateforme électorale néodémocrate, une plateforme surréaliste en matière de dépenses alors que nos finances sont dans un état lamentable.

Combien pensez-vous que ce caprice trudeauiste nous coûtera. La création d’un régime universel de médicaments et la création d’une assurance dentaire, aussi louable soit l’idée, n’est pas une proposition réaliste tant d’un point de vue financier que d’un point de vue respect des compétences.   

  •  Écoutez la rencontre Yasmine Abdelfadel et Dominic Vallières diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio :   

Opération centralisation

Cette alliance est non seulement un affront envers la volonté démocratique exprimée il y a six mois par les Canadiens, elle est également un affront envers le respect des compétences entre le fédéral et les provinces. Un autre empiétement, une autre centralisation, une autre «paternalisation» du fédéral envers provinces, notamment en santé.

On dirait que les libéraux et les néodémocrates font tout pour donner raison à François Legault qui leur reprochait, lors des dernières élections, d’être les plus centralisateurs et les plus interventionnistes dans les champs de compétences provinciaux. La preuve est maintenant faite. 

 Le pouvoir avant tout

Tout ces arguments ne semblent pas avoir fait le poids dans les tractations ayant mené à ce triste mariage. Nous savions, devant le désintérêt manifeste des libéraux envers les finances publiques, que l’idéologie néodémocrate était au volant. Maintenant c’est officiel, elle a également le pied sur l’accélérateur et nous mènera collectivement vers le mur.

Force est de constater que la seule chose qui anime le gouvernement actuel est le pouvoir. L’inflation est au plafond, une guerre fait rage en Europe, notre économie est en lambeaux et nos familles en arrachent, plutôt que de s’en occuper, le premier ministre concluait des «deals» pour lui donner les pleins pouvoirs plutôt que de les mériter. Si c’est comme ça qu’ils font la politique «autrement», je passe mon tour.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.