/news/transports
Navigation

Forcé de renouer avec l’essence pour un temps

Coup d'oeil sur cet article

Une entente est finalement intervenue entre un automobiliste de Sherbrooke et le concessionnaire Hyundai au sujet de la réparation de son véhicule électrique neuf.

• À lire aussi: Budget Girard: plus pour la transition énergétique, moins pour l’achat d’un véhicule électrique

• À lire aussi: Budget Girard: versement de 500$ pour la grande majorité des Québécois

• À lire aussi: Plus cher pour se faire déneiger l'an prochain

Bernard Lussier avait fait l’achat il y a moins d’un an, d’un véhicule électrique de marque Kona. Or après quelques mois, il était impossible de recharger le véhicule au moyen d’une borne rapide.  

La nature du travail de l’automobiliste exigeait d’effectuer plus d’une recharge par jour. La difficulté à obtenir la pièce de rechange défectueuse dans un délai raisonnable était au cœur d’une mésentente entre le concessionnaire et le client au sujet d’un dédommagement.

Même si la rareté de la pièce semble un problème attribuable à la pandémie qui frappe le secteur manufacturier, Hyundai Sherbrooke et Bernard Lussier ont convenu d’un dédommagement d’«ici à ce que la réparation soit faite».

Nouvelle version du texte publiée le 24 mars 2022

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.