/opinion/columnists
Navigation

Le viol comme arme de guerre

Coup d'oeil sur cet article

Traumavertissement : ce texte traite de violence sexuelle


Les accusations de viols portées contre des soldats russes par le procureur général de l’Ukraine nous rappellent que les violences sexuelles sont parfois utilisées comme arme dans des conflits comme celui qui fait rage en Ukraine.

Oui, même en 2022

Il peut paraître surprenant que le viol fasse partie intégrante d’une stratégie militaire de nos jours. Moi-même, je pensais que c’était l’apanage des conflits moyenâgeux (ce n’était pas plus acceptable à l’époque). Pas besoin de chercher longtemps pour comprendre que le viol a revêtu un caractère systémique dans plusieurs conflits modernes.

Alors, est-ce que le viol est un « sous-produit » de la guerre ? Il faut faire attention aux mots qu’on utilise selon Johanna Masse, une chercheuse qui s’intéresse à la notion de genre et à la sécurité.

Il va y avoir des situations où, justement, le viol des femmes est organisé par des instances militaires. Il y aurait là une volonté de détruire la psyché de l’ennemi, de l’humilier. Cela relèverait d’une certaine forme de guerre psychologique. Là, on peut parler du viol comme d’une arme.

Encore plus difficile d’obtenir justice

Et il y a tous les « autres » viols qui se produisent en temps de guerre et qui ne relèvent pas nécessairement d’un système. Ils ne sont pas moins graves et moins déshumanisants. Et il faut les condamner avec autant de force

Mais le viol est, en temps normal, excessivement difficile à dénoncer pour plusieurs victimes. Imaginez en temps de guerre ! Dans ce contexte particulier, il est aussi très ardu de trouver les coupables et de faire la preuve que des violences sexuelles ont été perpétrées. 

Si on réussit à prouver que l’armée russe utilise les violences sexuelles comme arme, il pourrait y avoir de sérieuses conséquences à la cour pénale internationale. Une enquête a d’ailleurs débuté le 2 mars dernier.

Une chose est sûre, il faut vraiment arrêter de penser que le viol fait partie de la guerre, qu’il est inévitable. Pour que les choses soient claires une fois pour toutes, les pays de l’OTAN devraient imposer des sanctions spécifiques à ce type de crimes. 

  • Écoutez l'édito de Geneviève Pettersen diffusé chaque jour en direct 13 h via QUB radio :  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.