/sports/hockey/canadiens
Navigation

Schueneman ne craint pas d'échouer

Coup d'oeil sur cet article

L’une des plus belles surprises qui est ressortie de la saison rocambolesque du Canadien de Montréal est certainement Corey Schueneman. 

• À lire aussi: Trevor Letowski a «beaucoup appris de St-Louis»

• À lire aussi: Les Panthers surpris par l'opposition du CH

Le défenseur de 26 ans a hérité de la confiance de l’entraîneur-chef Martin St-Louis, devenant récemment un régulier dans la formation du Tricolore. La route vers la meilleure ligue de hockey au monde fut toutefois sinueuse pour l’Américain, qui n’a jamais été repêché. 

«Mon premier contrat [avec le CH] était une entente de la Ligue américaine de hockey, a-t-il raconté après l’entraînement optionnel du Tricolore, vendredi. Je voulais être à mon meilleur et laisser une bonne impression.»

«Les recruteurs ont vu quelque chose en moi et on m’a offert un contrat de la Ligue nationale de hockey [LNH]. C’était le meilleur des scénarios pour moi.»

Les départs récents de Brett Kulak et de Ben Chiarot ont ouvert la porte à Schueneman, qui a été employé à toutes les sauces dans les dernières rencontres, dont sur le jeu de puissance.

«C’est sûr qu’il représente une surprise agréable, a louangé l’entraîneur adjoint Trevor Letowski. Son comportement et son sang-froid, pour un joueur si peu expérimenté à ce niveau, sont très impressionnants.»

Ancien choix de septième tour au repêchage, Letowski sait à quel point il peut être difficile de se frayer un chemin dans le circuit Bettman... mais surtout d’y rester. Selon lui, la clé pour que Schueneman y parvienne sera de faire confiance à ses propres habiletés.

«Ce que nous aimons le plus de lui, c’est qu’il ne craint pas d’échouer, a-t-il enchaîné. Nous voulons que les jeunes joueurs se sentent libres de prendre des décisions sur la glace.»

Un style taillé sur mesure pour St-Louis  

Étant un arrière mobile qui ne craint pas de s’avancer en territoire ennemi, l’ancien de l’université Western Michigan compte sur des atouts qui cadrent bien dans le style de jeu de St-Louis. 

Son premier but dans la LNH, inscrit le 17 mars dernier contre les Stars de Dallas, a prouvé sa capacité à manier la rondelle et la qualité de son lancer frappé.

«Je crois que ç’a aidé sur le plan de la confiance, a-t-il confié. Patiner avec la rondelle devrait être une de mes forces.»

En plus de Schueneman, le CH compte d'ailleurs sur les fiers services d’autres joueurs qui sont tombés entre les mailles du filet au début de leur carrière, comme Rem Pitlick, Laurent Dauphin et Samuel Montembeault.

«Nous sommes ouverts aux joueurs qui passent un peu inaperçus, a conclu Letowski. Nous voulons trouver ces gars qui ont une bonne compréhension du jeu. Ils n’ont pas besoin d’être des choix de première ou deuxième ronde.»

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.