/opinion/columnists
Navigation

Trudeau s'est acheté une majorité

BELGIUM-NATO-UKRAINE-RUSSIA
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Grâce à son deal avec le NPD, Justin Trudeau va pouvoir contourner le résultat de l’élection de l’automne dernier.

Rappelons que les électeurs lui avaient alors donné un mandat minoritaire pour une deuxième fois d’affilée. Ce résultat ouvrait la porte à la défaite de son gouvernement sur toute question où la confiance de la Chambre est requise. Il aurait été obligé d’être conciliant et respectueux de la volonté des citoyens et de ses adversaires. À la place, Justin Trudeau aura les pouvoirs d’un gouvernement majoritaire, même s’il n’a obtenu qu’environ le tiers des votes.

C’est une entente qui va garantir le soutien du NPD sur les questions budgétaires, en particulier. Comme résultat concret, Trudeau peut se vanter qu’il sera là jusqu’à l’élection prévue pour octobre 2025. Un coup fumant pour les libéraux, une décision douteuse pour le NPD.  

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8 h via QUB radio :   

Des promesses en l’air

Singh s’est référé à des précédents historiques pour clamer que c’était dans l’ADN du NPD de transiger avec les libéraux en échange de la création de nouveaux programmes sociaux. C’est vrai que Jack Layton a voté pour un budget libéral en échange d’investissements accrus en logements sociaux et transports en commun, par exemple. Mais Jack n’a jamais soutenu un gouvernement libéral minoritaire pendant des années.

La fameuse entente Trudeau-Singh n’a pas été rendue publique lors de son annonce, ce qui est assez curieux. Si on signe une entente qui affecte le fondement et le fonctionnement des institutions parlementaires, le public a le droit le plus strict de la voir.

À la place, les deux partis ont publié des communiqués. On aurait montré une version signée à certains journalistes pour en prouver l’existence, sans la rendre disponible au public. Comme Montesquieu l’a dit, il y a dans la publicité des actes de l’État une garantie de nos libertés. Ne pas publier immédiatement l’entente elle-même est une atteinte à la démocratie.

Le pacte serait, d’après ce qu’on en sait, parsemé de conditions, de souhaits et d’approximations avec très peu de concret.

  • Encore plus de Thomas Mulcair, écoutez son édito diffusé chaque jour en direct 8 h via QUB radio : 

Du pur bluff climatique

Le pire exemple se retrouve sous la rubrique « S’attaquer à la crise climatique ».

C’est une bouillabaisse de promesses creuses. On va « progresser dans la prise de mesures visant à réduire considérablement les émissions d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2005 ».

On ne dit rien concernant le respect de nos engagements internationaux. Mais on va progresser ! Rappelons que le Canada a le pire bilan du G7 en matière de production de gaz à effet de serre.

Ce que j’y lis ? Que Trudeau s’apprête à approuver le mégaprojet pétrolier « Bay (sic) du Nord », au large de Terre-Neuve-et-Labrador et que personne ne peut l’en empêcher, surtout pas le NPD, qui, pourtant, dénonçait la piètre performance du Canada lors de la récente campagne.

Une autre perle : Trudeau va « élaborer un plan pour éliminer progressivement le financement public du secteur des combustibles fossiles... ».

Pourquoi « élaborer un plan » pour « progressivement » remplir une obligation internationale claire et qui existe depuis des années ? L’obligation est peut-être claire, leur « engagement », lui, ne l’est pas.

Cette fumisterie est une vraie honte et, surtout, un réel danger pour les générations futures.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.