/sports/football
Navigation

Camp national d’évaluation de la LCF: Guay démontre son agilité

L’athlète de 6 pieds 2 pouces et 300 livres termine au premier rang

SPO-CFL LCF National Combine
Photo Agence QMI, Dominic Chan Le nom de Nicolas Guay a été inscrit en larges carrures dans les calepins de plusieurs observateurs au camp d’évaluation de la LCF à Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Nicolas Guay a profité de la dernière journée du camp national d’évaluation de la LCF pour démontrer que les gros bonhommes peuvent bouger.

• À lire aussi: Forbes-Mombleau s’illustre malgré une blessure à une jambe

Le garde du Rouge et Or de l’Université Laval a terminé au premier rang aux tests d’agileté parmi les joueurs de ligne offensive. Guay a signé des chronos de 4,78 s dans le test des déplacements latéraux et de 7,60 s aux 3-cônes.

« Je suis très satisfait de mes tests, a indiqué le garde de 6 pi 2 po, 300 livres. J’ai montré que j’étais un bon athlète et que je pouvais bouger. Je n’ai obtenu que trois confrontations à un contre un et je n’ai pas pu montrer tout ce que je voulais, mais les équipes ont suffisamment de films pour savoir ce que je peux valoir. Je suis bien content de ma fin de semaine dans l’ensemble.»

Recruté comme centre à sa sortie des rangs collégiaux, Guay a toujours évolué comme garde à Laval sauf une partie en 2017. 

« En entrevue, les équipes m’ont parlé de mon intérêt à jouer comme centre et je suis ouvert à tout, a-t-il raconté. Je me suis retrouvé comme centre lors de deux de mes trois duels. Je n’ai joué qu’un match comme centre à Laval, mais j’ai évolué à cette position pendant huit ans.»

Les hanches à travailler

À l’instar de son coéquipier, Cyrille Hogan-Saindon se disait satisfait de sa performance dans les tests physiques, mais il aurait aimé mieux faire dans les duels à un contre un. « J’aurais pu me montrer plus agressif, a expliqué le centre du Rouge et Or. Dès mon retour à Québec, je vais travailler beaucoup mon jeu de pieds et la flexibilité de mes hanches. Je suis très content de mes temps et de mes résultats aux tests physiques. J’ai aussi montré que j’effectuais de bonnes remises de façon constante.»

De son côté, Philippe Lemieux-Cardinal était animé de sentiments ambivalents. «Je suis déçu de mon 40 verges (5 s) et de mon saut en longueur sans élan (8 pi 1 po), mais j’ai réussi un bon temps à la navette (4,39 s) et montré que je bouge bien, a souligné l’ailier défensif des Carabins de l’Université de Montréal. Pour les duels, j’ai montré l’étendue de mes feintes, mais j’aurais aimé obtenir plus de répétitions.»

Joueur le mieux classé du RSEQ lors du dernier relevé du Bureau de recrutement de la LCF avec une 17e place, Joshua Archibald est satisfait de son weekend dans la Ville Reine.

« Mission accomplie, a affirmé l’ailier défensif des Redbirds de McGill. J’aurais pu être plus vite au 40 verges (4,77 s), mais j’ai bien réussi dans les duels. J’ai montré ma vitesse, mais j’y suis aussi allé en puissance. En entrevue, j’ai été transparent avec les équipes et je pense qu’elles ont apprécié.»

Le travail ne fait que commencer pour les Alouettes

Le camp national d’évaluation dans les livres, Danny Maciocia estime que le gros travail débute maintenant.

« C’était important d’être ici, mais on ne doit jamais, jamais fonder une décision sur une seule fin de semaine, a dit le directeur général des Alouettes d’entrée de jeu. Des joueurs ont bien joué, d’autres ont performé sous leurs attentes, mais ça ne signifie pas qu’ils ne seront pas repêchés. »

« Nous avons des films des espoirs depuis trois ou quatre ans et c’est plus précis comme évaluation qu’un camp d’une fin de semaine, poursuit Maciocia. On va regarder les résultats des tests et les attacher aux films, parler aux entraîneurs universitaires et aux coachs de position pour connaître les joueurs plus en détail. »

Chapeau Ryth-Jean Giraud

Maciocia a bien aimé la performance de son ancien protégé Ryth-Jean Giraud. « Il s’est fait un nom auprès des autres équipes, a-t-il souligné au sujet du porteur de ballon des Carabins. Il possède un potentiel énorme. Il a montré à tout le monde qu’il était capable de bloquer et c’était la principale interrogation. »

« Quand tu as un quart-arrière qui gagne 350 000 $ ou 450 000 $, tu dois avoir un porteur de ballon qui est capable de bloquer, ajoute l’ancien pilote des Bleus. C’est un travail qui est dans l’ombre, mais Ryth-Jean, ça lui tente de s’imposer dans cet aspect. »

Si les frères Jalen et Tyson Philpot, des Dinos de Calgary, ainsi que Tre et Tyrell Ford, des Warriors de Waterloo, ont retenu son attention, tout comme les joueurs de ligne défensive Riley Pickett et Nathan Cherry, des Huskies de la Saskatchewan, Maciocia avait aussi de bons mots pour quelques autres Québécois.

« Les deux joueurs de ligne offensive de Laval (Cyrille Hogan-Saindon et Nicolas Guay) se sont bien battus et ce sont des jeunes qui seront repêchés, a affirmé le DG. Il reste à savoir à quelle ronde. Les joueurs de ligne offensive ont eu le meilleur. Vincent Forbes-Mombleau a bien paru dans les confrontations à un contre un et ça n’aurait rien donné de tester à nouveau. »

Tre Ford a laissé une bonne impression au proday des Bills de Buffalo la semaine dernière avec un chrono de 4,45 s sur 40 verges. Son entraîneur, Chris Bertoia, nous disait avoir été contacté par quelques équipes de la NFL alors que le repêchage approche à grands pas. Maciocia croit-il que le pivot des Warriors peut évoluer dans la LCF ? « Il possède un bon talent, mais je ne sais pas s’il peut jouer comme quart-arrière dans la LCF. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.