/finance/business
Navigation

Bientôt des produits à 5 $ chez Dollarama

La société a réalisé des profits de 663,2 M$

Coup d'oeil sur cet article

En raison des pressions sur la chaîne d’approvisionnement, le détaillant montréalais Dollarama grimpera ses prix à 5 $, une première, alors que ses profits ont bondi de 17,5 %, l’an dernier, pour atteindre 663,2 millions $.

• À lire aussi: Un supermarché de la fraude en ligne stoppé

«À court terme, cela apportera une flexibilité pour gérer les pressions sur les coûts dans un environnement inflationniste», a noté lors d’une conférence avec des analystes le président et chef de la direction, Neil Rossy.

Il faut remonter jusqu’à 2015 pour dénicher la dernière hausse de prix chez Dollarama. Les produits à 4 $ avaient fait leur apparition sur les tablettes.

Ces derniers mois, la direction n’a jamais caché être préoccupée par la pression sur les coûts pour le transport de la marchandise et les perturbations causées par la pandémie sur sa chaîne d’approvisionnement.

La direction disait l’an dernier vouloir attendre le plus longtemps possible avant d’apporter des changements à ses tarifs. Les prix à 5 $ feront leur apparition graduellement dans les magasins à partir de juin et juillet.

La direction s’attend à ce que le «contexte demeure complexe», ces prochains mois, et que les perturbations aient un effet encore plus marqué.

Elle dit passer ses commandes de marchandises plut tôt afin d’éviter des trous dans son inventaire et s’assurer d’avoir les produits nécessaires.

Dollarama estime que cette augmentation de prix lui permettra également de vendre de nouveaux produits.    

  • Écoutez la chronique de Léa Streliski au micro de Geneviève Pettersen sur QUB radio:    

Cette hausse pourrait toutefois venir rebuter certains clients. 

Gary Kelly, un Montréalais dans la cinquantaine, vient faire ses emplettes chaque semaine chez Dollarama. Il a d’ailleurs remarqué que certains produits, comme les bâtons glacés Mr. Freeze ou les croustilles, sont récemment passés de 2 $ à 2,50 $. 

«On ne parle pas d’une hausse de 10 cents. C’est 25 % de plus ! Sur un panier à 100 $, on parle de 25 $, ce n’est pas rien», constate-t-il. Il achète principalement de la nourriture, et se tiendra loin des articles à 5 $. «Ils ambitionnent pas mal», croit-il.  

 Pour Mélanie Thompson, Dollarama demeure un excellent endroit pour acheter des produits d’entretien ménager et certains aliments, comme les conserves, les épices et les marinades.  

 «Même si les prix augmentent, il y a encore moyen de payer moins cher qu’ailleurs pour certains trucs», a souligné la dame, qui franchit la porte de la chaîne en moyenne une fois par mois. 

Des ventes de 4,33 G$

Mercredi, Dollarama a dévoilé les résultats financiers pour son quatrième trimestre 2022, clos le 31 janvier. Durant cette période, les ventes ont grimpé de 11 %, par rapport à un an plus tôt, pour atteindre 1,22 milliard $, et le résultat net s’est élevé à 220 millions $, ou 0,74 $ par action.

La direction a indiqué que la demande dans ses magasins a toutefois été «ralentie» par le variant Omicron et les restrictions des gouvernements.

Sur l’ensemble de l’année, les ventes de l’enseigne ont atteint 4,33 milliards $, un bond de 7,6 %, et les profits ont été de 663,2 millions $. La société attribue cette augmentation à la hausse du nombre de ses succursales. Le réseau de points de vente est passé de 1356 à 1421 en un an. 

La demande pour les produits saisonniers a également été salutaire, ces derniers mois. Rappelons qu’entre le 26 décembre 2020 et le 8 février 2021, le détaillant ne pouvait plus vendre des biens non essentiels.

La direction chiffre ses dépenses supplémentaires liées aux impacts de la COVID-19 à 35,5 millions $. Elle surveille également de près les restrictions qui ont été imposées dans certaines villes chinoises. Cela pourrait avoir un impact à long terme si cette situation perdure sur l’approvisionnement.

Afin d’appuyer sa croissance, un nouvel entrepôt de 500 000 pieds carrés, à Laval, est présentement en construction pour Dollarama. L’ouverture est prévue d’ici janvier. L’entreprise prévoit ouvrir entre 60 et 70 magasins ces prochains mois et réaliser des dépenses en investissement allant jusqu’à 170 millions $.

Quant à la bannière Dollarcity, 86 nouveaux magasins ont été inaugurés, l’an dernier. La chaîne en compte maintenant 350, dont 206 en Colombie et 76 au Guatemala.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.