/news/green
Navigation

GES: le plan de réduction québécois plus «rigoureux» que celui d’Ottawa, plaide Benoit Charette

Quebec
Photo Stevens Leblanc Benoit Charrette

Coup d'oeil sur cet article

Le plan fédéral de lutte contre les changements climatiques est moins ambitieux que celui du Québec et semble peu profitable pour le territoire québécois, estime le ministre Benoit Charette.

• À lire aussi: Ambition et pensée magique

«C’est un peu ironique qu’avec 9 G$, ils pensent atteindre leurs cibles. Et nous, à 7,7 G$, on sait qu’on a encore du travail à faire», a affirmé le ministre de l’Environnement Benoit Charette. «Je leur souhaite la meilleure des chances.» 

Le gouvernement Trudeau a dévoilé, mardi, son tout premier plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre comme l’y oblige la nouvelle Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité.  

Il s’agit d’un plan de 9,1 G$ d’investissements qui doit entraîner la réduction des coûts en énergie pour des maisons et les immeubles, subventionner l’achat de véhicules zéro émission et financer des bornes de recharge. 

«Ça démontre à quel point le plan québécois est ambitieux. Nous, pour une période de 5 ans, on met 7,7 G$ et le fédéral pour l’ensemble du pays, pour une période de huit ans, 9 G$», a-t-il indiqué. «Je ne veux pas juger les moyens financiers du fédéral [...] Mais, je préfère la démarche québécoise. Je pense qu’elle est mieux financée et plus rigoureuse.» 

Peu d’impact ici

Dans ce plan, les gazières devront faire leur part, mais moins que les autres pans de la société. L’industrie devra réduire ses émissions de 31% par rapport aux niveaux de 2005, alors que les autres secteurs devraient pouvoir réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 37% et 88%.  

Le ministre Charette soutient que cette politique sera notamment peu profitable pour le Québec. «Lorsqu’on parle d’hydrocarbure au niveau fédéral, les sommes qui seront investies auront naturellement très peu d’impacts au Québec étant donné que ce n’est pas un secteur que l’on souhaite développer», a précisé le ministre.  

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

Le gouvernement Legault a récemment déposé son projet de loi 21 qui doit mettre un terme à l’exploitation et l’exploration des hydrocarbures sur son territoire.  

«On est en tain d’évaluer qu’elles seront les impacts sur la démarche québécoise», a-t-il signalé. Selon le ministre, la politique visant «les véhicules zéro émission» pourrait toutefois être positive pour le Québec.  

«Bancales»

Le chef du Parti Québécois a pour sa part été beaucoup moins nuancé, affirmant que le plan fédéral reste à la solde des lobbies pétroliers. 

«On est obligé de lancer 9 milliards d'investissements pour compenser les cadeaux qu'on donne aux pétrolières qui accélèrent l'émission de gaz à effet de serre. Des cibles vraiment bancales», a affirmé Paul St-Pierre Plamondon, affirmant avoir honte que le Québec envoie 2 G$ à Ottawa «en cadeau» pour financer des «bébelles pour les pétrolières». 

Quebec
Photo d'archives Agence QMI, Andréanne Lemire

Pour sa part, Québec solidaire estime que «la fierté du ministre est bien mal placée», soutenant que le plan de la CAQ n'atteindra pas sa propre cible.  

«C’est presque gênant de s’en vanter! L’argent c’est une chose, comment on la dépense en est une autre», a mentionné Manon Massé. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.