/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi Dubé réussira, mais pas Guilbeault

Les plans de Dubé et de Guilbeault risquent fort de ne pas connaître le même sort…
Photos Agence QMI et AFP Les plans de Dubé et de Guilbeault risquent fort de ne pas connaître le même sort…

Coup d'oeil sur cet article

Un plan pour la santé à Québec, un plan pour le climat à Ottawa. Deux excellents ministres, qui risquent cependant de connaître des sorts très différents, ont fait la manchette cette semaine.

Citant nul autre que le Capitaine Bonhomme («les sceptiques seront confondus!»), Christian Dubé, au cours des derniers jours, a de nouveau démontré qu’il avait un flair hors du commun pour les communications.

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8 h via QUB radio :

Les priorités claires de Dubé

Expertise, compétence et un brin d'humour font bon ménage lorsqu’on a un dossier complexe à décortiquer et à expliquer au grand public.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.

Le plan du ministre Dubé est de loin le mieux conçu et le plus lucide des nombreuses réformes de la santé annoncées par Québec depuis une génération.

En fait, ce qui est singulier dans l’approche de Dubé, c’est sa modestie.

Il se concentre sur l’essentiel: accès à un médecin ou à une infirmière praticienne, accroissement du nombre de lits d’hôpitaux, numérisation des dossiers, augmentation du personnel soignant...

En établissant des priorités sur lesquelles tout le monde peut s’entendre, Dubé part du bon pied et démontre pourquoi il est devenu un élément incontournable du gouvernement de François Legault.

Ayant été aux premières loges des réformes de Marc-Yvan Côté et de Jean Rochon, j’ai énormément apprécié la capacité de Dubé à éviter le piège de vouloir tout régler en un tournemain.

Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué.

Le problème de Guilbeault

L’autre grand dossier qui a retenu l’attention cette semaine est le plan de Steven Guilbeault pour lutter contre les changements climatiques.

Guilbeault est, à mon avis, un des meilleurs ministres de l’Environnement que nous ayons eus au fédéral.

Profondément expérimenté et très respecté dans le milieu, le simple fait de le nommer a donné à Trudeau une crédibilité qu’il n’a jamais eue dans ce dossier.

Le plan en lui-même est très intéressant.

Beaucoup de détails, beaucoup d’argent et beaucoup de promesses.

Malheureusement, Guilbeault risque d’échouer très rapidement.

Le Canada affiche le pire bilan des pays du G-7 depuis que Trudeau a signé l’Accord de Paris en 2015.

Le Canada est aussi le premier pays à être sorti du Protocole de Kyoto. Une honte nationale.

Depuis une vingtaine d'années, le Canada a annoncé de nombreux plans, cibles et échéanciers pour lutter contre les changements climatiques. Malheureusement, nous ne les avons jamais respectés, que ce soit avec des gouvernements libéraux ou conservateurs.

Une fois le budget adopté, Guilbeault risque d’apprendre la dure réalité d’être membre d’un gouvernement libéral: tu fais des annonces pour plaire au public et, tout de suite après, on te demande de faire le contraire, pour plaire à des intérêts privés.

En effet, un mégaprojet appelé «Bay du Nord», au large des côtes de Terre-Neuve, et qui produirait des centaines de millions de barils de pétrole, sera sur la table du Conseil des ministres pour approbation peu après le budget.

Guilbeault a réussi à justifier sa présence au sein d’un gouvernement qui a acheté un pipeline, puisque cela avait été fait avant qu’il en fasse partie.

S’il approuve Bay du Nord, un projet climaticide, le ministre de l’Environnement n'aura plus d’excuses.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.