/news/currentevents
Navigation

Un deuxième féminicide en 24 h au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 49 ans est accusé du meurtre non prémédité de sa conjointe dont le corps a été retrouvé dans les décombres de leur résidence incendiée à Sainte-Agathe-des-Monts dans ce qui serait le second féminicide en moins de 24 heures au Québec.

• À lire aussi: Nord-du-Québec: un possible troisième féminicide au Québec

PHOTO MARTIN ALARIE

Juste avant sa brève comparution par visioconférence au palais de justice de Saint-Jérôme, Pascal Arseneault, 49 ans, marmonnait des propos inaudibles et sacrait en évoquant notamment « le royaume des cieux ». 

Un agent s’est empressé de fermer son micro.

La victime Louise Avon et son conjoint Pascal Arseneault, accusé de meurtre non prémédité.
Photos courtoisie et tirée du site web de l’entreprise Les Pas Verts du Nord
La victime Louise Avon et son conjoint Pascal Arseneault, accusé de meurtre non prémédité.

« Il parle de lui à la troisième personne. Je mets fortement en doute son contact avec la réalité », a indiqué vendredi l’avocat de la défense, Me Marc-André Desnoyers.  

Le quadragénaire est accusé d’avoir tué sa conjointe, Louise Avon, âgée de 64 ans. Son corps a été trouvé dans les débris de leur résidence incendiée en matinée vendredi. 

« On est très très surpris, on pensait à un accident au début. Pas à un meurtre, s’est exclamé à TVA Nouvelles le frère de la victime, Bernard Avon, visiblement ébranlé. On espère qu’elle n’a pas souffert. »

  • Écoutez le résumé des événements avec Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB radio:   

Des fleurs ont été déposées dans la neige devant la résidence incendiée du couple, dans les Laurentides.
Photo Martin Alarie
Des fleurs ont été déposées dans la neige devant la résidence incendiée du couple, dans les Laurentides.

Incendie criminel 

Le feu s’est déclaré dans la nuit, dans la maison sur le chemin du Lac Arpin à Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides. Il s’agirait vraisemblablement d’un incendie d’origine criminelle.

Selon nos informations, la victime pourrait avoir été tuée avant que le feu ne soit allumé. La thèse envisagée par les enquêteurs est que l’accusé aurait incendié la résidence pour camoufler son geste présumé.

PHOTO MARTIN ALARIE

Peu de temps après, les policiers de la Sûreté du Québec ont arrêté le conjoint de la victime. Il a été accusé en fin d’après-midi de meurtre non prémédité. Le juge a ordonné une évaluation d’aptitude à subir son procès et l’accusé demeure détenu.

« Il n’y a pas de raison d’enlever la vie à quelqu’un, il n’avait pas besoin de faire ça. Il n’avait qu’à se séparer. J’espère que la justice va avoir lieu », a poursuivi M. Avon, les yeux rougis. 

Le couple était propriétaire de la compagnie d’aménagement paysager « Les pas verts du Nord » depuis 2013. 

Il s’agit du deuxième féminicide à survenir en l’espace de 24 heures au Québec.

Deux féminicides en 24 h

Jeudi, Madeleine Désormeaux, 68 ans, aurait été tuée de plusieurs projectiles d’armes à feu par son conjoint, Laurent Thibault, à Lebel-sur-Quévillon, dans le Nord-du-Québec. L’homme de 76 ans aurait ensuite retourné l’arme contre lui.

Depuis le début de l’année dans la province, quatre femmes ont été tuées dans un contexte de violence conjugale.

– Avec Catherine Bouchard, TVA Nouvelles

 

Autres victimes 

18 février

Meurtre de Patrizia Rao, 59 ans, suivi du suicide de son conjoint Frédérick-Lynn Blair, 63 ans, à Dunham, en Estrie.

19 février 

Meurtre de Maria Cristovao, 71 ans, suivi du suicide de son conjoint Joao Marques, 75 ans, à Laval.

31 mars

Meurtre de Madeleine Désormeaux, 68 ans, suivi du suicide de son conjoint Laurent Thibault, 76 ans, à Lebel-sur-Quévillon.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.