/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Explosion en Russie: mise en scène ou véritable attaque?

L’explosion d’une réserve de carburant russe pourrait servir à justifier des frappes plus sévères selon un expert

UKRAINE-RUSSIA-CONFLICT
Photo AFP Plusieurs carcasses de voitures brûlées jonchaient le sol d’Irpin, près de Kyïv, vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

Une première attaque ukrainienne aurait eu lieu vendredi sur une réserve de carburant en territoire russe, mais il pourrait s’agir d’un coup monté pour justifier de puissantes frappes sur l’Ukraine, craint un expert.

• À lire aussi: [EN DIRECT] 37e jour de guerre en Ukraine: voici tous les derniers développements

• À lire aussi: Plus de 3000 personnes «sauvées» de Marioupol

« Est-ce qu’ils essaient de trouver une excuse en fabriquant cet incident ? Étant donné le niveau de mensonge de tout ce qui sort de chez les Russes, même au niveau diplomatique, ça ne m’étonnerait pas du tout », résume Michel Fortmann, professeur honoraire en relations internationales à l’Université de Montréal.

Selon le gouverneur de la région de Belgorod en Russie, Viatcheslav Gladkov, un dépôt de carburant dans la ville du même nom, situé à une quarantaine de kilomètres de la frontière entre les deux pays, aurait été touché par des missiles d’hélicoptères.

Selon la BBC, l’agence russe Interfax a rapporté deux blessés, et l’évacuation de résidents.

Divers médias tels que la BBC, CNN ou l’Agence France-Presse n’ont pas été en mesure de réaliser des vérifications indépendantes à ce qui a été rapporté par les médias russes. Le gouvernement ukrainien a de son côté refusé de confirmer son implication, mais ne l’a pas formellement démenti. 

Durcir le ton

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a averti que cet événement n’allait pas « créer les conditions appropriées pour la poursuite des négociations ».

Cela surviendrait après des avancées dans les différents pourparlers entre les deux pays. Par exemple, selon la présidence ukrainienne, 86 militaires, dont 15 femmes, ont été libérés vendredi par les envahisseurs en échange d’un nombre inconnu de Russes.

En mortaise, des pompiers cherchaient vendredi à éteindre un incendie qui aurait été causé dans une réserve de carburant russe par des missiles d’hélicoptères ukrainiens, selon les autorités de la Russie qui ont fourni cette photo.
Photo AFP
En mortaise, des pompiers cherchaient vendredi à éteindre un incendie qui aurait été causé dans une réserve de carburant russe par des missiles d’hélicoptères ukrainiens, selon les autorités de la Russie qui ont fourni cette photo.

« Ça peut être fort bien pour les Russes une façon d’excuser une escalade [de violence] », avance le professeur Fortmann.

Rappelons que les troupes du président Vladimir Poutine ont déjà été à maintes reprises accusées d’avoir commis des crimes de guerre.

Dans un reportage publié vendredi, la BBC a rapporté avoir eu des « preuves » en la matière. Des civils auraient été tués et brûlés sur une autoroute entre deux villages, près de Kyïv.

Évacuation difficile 

Dans la même veine, les conditions d’évacuation demeurent difficiles à Marioupol, où quelque 160 000 civils étaient encore coincés.

« L’équipe du CICR, qui comprend trois véhicules et neuf personnes, n’a pas atteint Marioupol et n’a pas pu faciliter le passage en toute sécurité des civils aujourd’hui », a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge dans un communiqué, ajoutant qu’une nouvelle tentative aurait lieu samedi.

Néanmoins, le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky a mentionné dans une vidéo que plus de 3000 personnes avaient été « sauvées » grâce aux couloirs humanitaires, vendredi. Au total, un peu plus de 6000 personnes ont été évacuées à travers le pays.

Gains et bombardements

Pendant ce temps, les Ukrainiens ont continué de regagner du terrain. Selon The New York Times, des villes situées au nord près de Kyïv et Tchernihiv ont été regagnées.

L’armée prétend également être en contrôle de douzaines de villages qui ont été attaqués, et certaines analyses appuieraient cette affirmation, indique le journal américain.

Parallèlement, les Russes ont tiré vendredi trois missiles Iskander dans la région d’Odessa, selon CNN. Elle compte un des ports économiques les plus importants au pays.

–Avec l’AFP

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.