/weekend
Navigation

La marche, un gage de bonne santé

Shane O'Mara
Photo courtoisie, Brid O'Donovan Shane O'Mara

Coup d'oeil sur cet article

S’appuyant sur les plus récentes découvertes faites en neuro-sciences pour expliquer ce qui se passe dans le cerveau humain lorsque nous marchons, Shane O’Mara, professeur de neuro-sciences au Trinity College de l’Université de Dublin, fait l’éloge de la marche dans son best-seller récemment traduit en français, Le superpouvoir de la marche. Cette activité, explique-t-il, est bonne pour les muscles, pour la posture, et en plus protège et guérit le corps de multiples façons. 

Shane O'Mara
Photo courtoisie

Les bienfaits de la marche – une activité toute simple – sont nombreux et Shane O’Mara les décrit dans son livre. Elle augmente nos capacités cérébrales, peut ralentir le vieillissement de notre cerveau, fait diminuer le niveau de stress et améliore l’humeur et la santé mentale. À son avis, il faut marcher tous les jours.

Shane O’Mara, interviewé au téléphone depuis sa résidence de Dublin, explique que pour inciter les gens à marcher davantage, il ne s’agit pas de mettre l’accent sur les individus, mais plutôt sur l’environnement dans lequel les gens se trouvent. 

« Il faut que marcher soit facile pour les gens. Il faut que nos villes soient conçues de manière à les inciter à marcher, pour que ce soit le premier choix à faire au lieu de monter dans la voiture. »

Le spécialiste en neurosciences a remarqué que la marche était devenue extrêmement populaire à Dublin depuis le début de la pandémie. 

« Durant les périodes cruciales du confinement, nous devions rester dans un rayon maximum de 2 km de nos résidences, sauf pour aller faire des courses. Les gens marchaient. Et puis, le rayon a été étendu à 5 km. Les gens ont marché un peu plus loin. »

Il a observé un changement social : les gens étaient aussi devenus plus aimables pendant qu’ils marchaient. 

« Ils prêtaient attention aux autres, les saluaient de la tête. Les gens se faisaient de l’espace les uns les autres au lieu de marcher en regardant leur téléphone. À mes yeux, les gens continuent de marcher, et une des grandes découvertes du confinement, c’est qu’ils ont exploré leur quartier à pied. »

Bon pour la santé

Shane O’Mara suggère de retenir une phrase importante : « le mouvement, c’est le médicament ». Il explique. « Ce qu’on sait, c’est que l’activité physique régulière et la marche sont probablement les formes les plus simples et les plus accessibles d’activité physique pour la plupart des gens. C’est une activité qui améliore le bien-être, des premiers stades de la vie jusqu’aux derniers jours. »

C’est un gage de bonne santé et de longévité. 

« Les gens qui bougent, qui marchent chaque jour, vont vivre plus longtemps et seront plus en santé, en moyenne, en raison de tous les changements positifs qui se produisent dans le corps pendant qu’on marche. »

Des résultats

Est-ce long avant d’obtenir des résultats, si une personne passe du stade de « patate de divan » à celle d’une personne qui bouge plus et se sent mieux ? 

« C’est très rapide ! Si vous n’avez pas le moral et que vous décidez de vous lever et d’aller marcher, les résultats sont presque instantanés. »

« Surmonter l’inertie, se lever et bouger, spécialement avec une autre personne, est agréable et booste le moral. Si vous voulez voir des changements durables, vous devez vraiment persévérer, et cela veut dire marcher au moins de 5000 à 10 000 pas par jour, préférablement plus de 10 000 pas. »

« Ce qu’on sait, c’est que les gens très sédentaires, qui ne marchent que 1000 ou 2000 pas par jour, ont un risque de mortalité beaucoup plus élevé que ceux qui marchent plus de 5000 pas par jour. »


♦ Shane O’Mara est professeur de neurosciences au Trinity College de Dublin, en Irlande.

♦ Il apprend le français sur Duolingo. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.