/entertainment/shows
Navigation

La relève musicale couronnée aux Grammy

Coup d'oeil sur cet article

Personne n’a giflé personne à la 64e remise des prix Grammy, hier soir, à Las Vegas. On a plutôt eu droit à une soirée de belle tenue, où de nouveaux noms bourrés de talent ont été couronnés à travers une série de numéros musicaux inspirés. 

• À lire aussi: Un premier Grammy pour Yannick Nézet-Séguin

• À lire aussi: Les tendances de l’heure

Évidemment, à peine une semaine plus tard, c’était impossible de passer sous silence ce qui est considéré comme un des plus grands scandales de l’histoire des Oscars, la claque de Will Smith à Chris Rock.

Dans son discours d’ouverture, l’animateur Trevor Noah a promis de garder certains propos hors de sa bouche. Directement affecté par la célèbre gifle puisqu’on lui a remis un Oscar dans les instants suivants, le musicien et réalisateur du documentaire Summer of Soul (aussi récompensé hier),
Questlove, sur scène pour présenter un prix, a signifié qu’il avait confiance que tous se tiendraient à 50 pieds de lui.

En après-midi, l’humoriste Nate Bargatze est même débarqué sur la scène avec un casque, «au cas où», a-t-il blagué.

AFP

Voici ce qui a aussi retenu notre attention lors des Grammy 2022.

Le jour de gloire de Jon Batiste

AFP

Jon qui? Batiste, mesdames et messieurs. Malgré ses onze nominations, dont cinq ont été converties en Grammy (notamment celle pour l’album de l’année), ce chanteur jazz et R&B était loin d’être le visage le plus familier parmi les stars. 

Tout pourrait bien avoir changé après l’éclatante interprétation de son titre Freedom, où il a fait étalage de ses talents de pianiste, d’interprète et de danseur. Dans une soirée où le niveau des performances musicales était relevé, Jon Batiste a volé la vedette.

Flamboyants et énergiques

AFP

En déployant sa délicieuse soul à saveur rétro en lever de rideau, le duo Silk Sonic, formé de Bruno Mars et Anderson .Paak, a donné le ton. Les performances ont été éclatées et rarement ennuyeuses, comme c’est parfois le cas dans ce type de gala. 

La jeune sensation Olivia Rodrigo, sacrée révélation de l’année, a réussi sa rentrée aux Grammy en offrant une très bonne interprétation de Drivers License, la chanson qui en a fait une star. À peine plus vieille, mais déjà une habituée des grandes soirées, Billie Eilish a répliqué. Sa furieuse version de Happier Than Ever a tout déchiré. J Balvin, Brandi Carlile, 

Le plein de trophées pour Silk Sonic et Olivia Rodrigo 

Quatre Grammy, dont chanson et enregistrement de l’année, le flamboyant duo soul rétro Silk Sonic, formé d’Anderson .Paak et Bruno Mars, a brillé de mille feux grâce à sa chanson Leave The Door Open. « Comment peut-on rester humbles ? » s’est exclamé Anderson .Paak, hilare. 

Getty Images via AFP

À 19 ans, la jeune sensation Olivia Rodrigo a confirmé avec ses trois Grammy son statut de nouvelle étoile de la pop américaine en plus d’offrir une convaincante performance sur l’air du succès qui l’a mise au monde, Drivers License. Les perdants ? Justin Bieber et Billie Eilish, repartis bredouilles malgré huit et sept citations.

Consolation pour les Foo Fighters

Baume sur les plaies encore vives des membres des Foo Fighters. Une semaine après la mort tragique de leur batteur, Taylor Hawkins, le groupe a réalisé un score parfait de trois en trois dans la branche rock : performance, chanson et album de l’année. Un hommage senti a aussi été rendu à Hawkins pour lancer le traditionnel salut aux disparus de l’année.

Le président d’Ukraine s’adresse aux stars

AFP

La guerre s’est invitée aux Grammy. Dans un message vidéo précédant une prestation de John Legend, le président de l’Ukraine a demandé aux vedettes de ne pas rester silencieuses. «Nos musiciens portent des armures au lieu de tuxedos. Ils chantent pour les éclopés. Dans les hôpitaux. Même pour ceux qui ne peuvent pas les entendre. [...] Nous défendons notre liberté. Pour vivre, pour aimer, pour résonner. Remplissez le silence avec votre musique pour raconter notre histoire. Dites la vérité à propos de cette guerre sur vos réseaux sociaux. Soutenez-nous de n’importe quelle manière et la paix reviendra.»

Une Québécoise zéro en trois

AFP

La Québécoise Allison Russell n’a pas eu la même veine que Yannick Nézet-Séguin. Nommée dans trois catégories dans le champ musical americana, elle est repartie les mains vides. Invitée au gala d’après-midi à chanter Nightflyer, un des titres de son album acclamé Outside Child, elle aura eu au moins l’occasion de montrer son savoir-faire

Les gagnants des Grammy Awards   

  •  Écoutez la chronique culturelle d'Anaïs Guertin-Lacroix sur QUB radio :    

Album de l’année

We Are, Jon Batiste

Photo AFP


Performance rap

Family Ties, Baby Keem et Kendrick Lamar

Photo AFP


Chanson rock

Waiting On A War, Foo Fighters


Révélation de l’année

Olivia Rodrigo

Photo AFP


 Album pop vocal

Sour, Olivia Rodrigo


Performance pop solo

Drivers License, Olivia Rodrigo


Album pop vocal traditionnel

Love for Sale, Tony Bennett et Lady Gaga

Photo AFP


Album alternatif

Daddy’s Home, St. Vincent

Photo AFP


Performance pop duo/groupe

Kiss Me More, Doja Cat avec SZA

Photo AFP


Album R&B

Heaux Tales, Jazmine Sullivan

Photo AFP


Performance rock

Making a Fire, Foo Fighters


Album rock

Medicine at Midnight, Foo Fighters


Album country

Starting Over, Chris Stapleton


Album rap

Call Me If You Get Lost, Tyler, The Creator

Chanson rap

Jail, Kanye West avec Jay-Z


Chanson de l’année

Leave the Door Open, Silk Sonic


Chanson country

Cold, Chris Stapleton

Photo AFP


Enregistrement de l’année

Leave The Door Open, Silk Sonic

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.