/entertainment/shows
Navigation

Un premier Grammy pour Yannick Nézet-Séguin

Coup d'oeil sur cet article

Notre chef d’orchestre québécois le plus réputé à l’échelle internationale peut maintenant se targuer d’être le récipiendaire d’un prix Grammy.

• À lire aussi: La relève musicale couronnée aux Grammy

• À lire aussi: Les tendances de l’heure

Yannick Nézet-Séguin a remporté son tout premier gramophone doré en carrière, dimanche, lors du gala d’après-midi de la fête musicale par excellence aux États-Unis.

Tout juste remis d’une infection à la COVID-19, il a appris sa victoire en regardant l’événement en direct, chez lui à Montréal, «avec mon amoureux Pierre et mes chats», a-t-il confié dans un message audio transmis au Journal.

Même s’il n’a pu assister au gala, Yannick Nézet-Séguin n’en était pas moins très ému, lui qui avait été nommé sans gagner trois fois par le passé.

«Ça me touche énormément d’avoir un Grammy. D’habitude, je ne m’attache pas particulièrement aux récompenses, mais un Grammy c’est important», a dit celui qui était en lice dans d’autres catégories, qu’il n’a pas gagnées.

En mémoire de Florence Price

Le directeur de l’Orchestre Métropolitain était d’autant plus heureux qu’il a gagné pour un projet qui lui tenait particulièrement à cœur, soit l’album Price : Symphonies Nos. 1 et 3. sacré meilleure performance orchestrale de l’année.

Il y dirige l’Orchestre de Philadelphie dans une interprétation de deux des quatre symphonies de la compositrice afro-américaine Florence Price, décédée en 1953.

«Être une femme noire, au début du XXe siècle, c’était un handicap pour elle. Je voulais lui rendre finalement quelque chose qui aurait dû lui arriver depuis fort longtemps, c’est-à-dire d’être considérée parmi les grandes compositrices et les grands compositeurs de ce monde. Ce Grammy, c’est à elle que ça revient.»

Le Québec brille

C’est la deuxième année consécutive que le Québec brille aux Grammy. En 2021, le producteur montréalais Kaytranada s’était illustré en raflant les deux Grammy réservés aux artistes dance/électronique.

Par le passé, les artistes québécois Céline Dion, Leonard Cohen et Arcade Fire ont été plébiscités.

Yannick Nézet-Séguin dit espérer que sa victoire et sa carrière servent d’inspiration aux jeunes musiciens.

«La musique, on en a besoin de plus en plus dans notre monde qui vit tellement de traumatismes, tellement de douleur. La musique peut être porteuse de paix, d’espoir et être un véhicule pour corriger certaines inégalités.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.