/news/politics
Navigation

Tourmente à Piedmont: des partielles nécessaires pour plus de la moitié du conseil municipal

Martin Nadon briguera la mairie de Piedmont lors de prochaines élections partielles.
PHOTO COURTOISIE Martin Nadon briguera la mairie de Piedmont lors de prochaines élections partielles.

Coup d'oeil sur cet article

Cinq mois seulement après les dernières élections municipales, les citoyens de Piedmont, dans les Laurentides, se retrouvent dans une situation où ils devront retourner aux urnes pour élire plus de la moitié du conseil municipal. 

Le mois dernier, la mairesse Nathalie Rochon et trois des six conseillers de la Municipalité ont démissionné, en raison de divergences de fonctionnement. Les trois conseillers restants avaient, eux, tourné le dos au reste de l’équipe en février.

À cela s’ajoutent les démissions, pour des raisons personnelles, du directeur général et greffier de la Municipalité et de la directrice générale adjointe et directrice des finances.

Dans ce désordre politique pour le moins particulier, la Commission municipale du Québec (CMQ) n’a pas eu d’autre choix que de déléguer deux administrateurs provisoires. «La CMQ n’est pas là pour rester là indéfiniment, nous a expliqué la porte-parole de la CMQ, Isabelle Rivoal. Le mandat des deux administrateurs sera de s’assurer que les services soient bien rendus aux citoyens en attendant la tenue des élections. On devra d’abord nommer un président d’élection et le cours normal des choses suivra.»

Divergences profondes

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, la mairesse démissionnaire a indiqué qu’il y avait «trop de divergences dans nos méthodes de travail». «Le climat malsain était devenu insupportable», selon Mme Rochon, qui en était à son deuxième mandat.

Un des trois conseillers restés en poste, à qui nous avons parlé, soutient que lui et les deux autres conseillers non démissionnaires, tous des nouveaux en politique, ont été forcés de prendre des décisions sur des dossiers où toute l’information nécessaire n’avait pas été transmise au conseil. De plus, selon lui, la mairesse avait montré très peu d’ouverture à un dialogue sur cette question. «On est arrivé en plein budget. C’est clair que nous avions beaucoup de questions. On n’a jamais eu le temps d’avoir un débat de fond sur plusieurs dossiers et c’est pourquoi nous nous sommes dissociés de l’équipe de Mme Rochon.»

Le conseiller Richard Valois
PHOTO COURTOISIE
Le conseiller Richard Valois

Commentant ces allégations, Mme Rochon nous a écrit, dans un courriel, que «c’est encore une preuve de leur incompréhension». «Les élus doivent prendre des décisions. C’est aux fonctionnaires de travailler les dossiers et de les présenter au conseil. Les questions sont répondues par la direction générale.»

Candidats possibles

L’annonce des prochaines élections devrait être confirmée dans les prochains jours ou les prochaines semaines, selon la CMQ.

Les candidatures aux postes vacants du conseil suivront. Plusieurs personnes ont manifesté leur intérêt. Le conseiller Valois pourrait se lancer dans la course à la mairie, disant y songer sérieusement. «Ce n’était pas dans mes plans de départ. De fait, on est toujours à la recherche de candidats pour former une équipe complète. Faudra voir la suite.»

S’il se présente à la mairie, il aura comme concurrent notamment Martin Nadon, candidat défait aux dernières élections à la préfecture de la MRC des Pays-d’en-Haut, qui, lui, a déjà confirmé sa candidature au poste de maire. «Ce qui se passe à Piedmont est invraisemblable. Je pense que la municipalité a besoin de quelqu’un qui saura faire des ponts. J’espère que cette crise va inciter les gens de Piedmont à s’impliquer davantage.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.