/investigations
Navigation

«C'est une arnaque»: une autre garderie aurait floué des parents

La propriétaire aurait réclamé et empoché indûment des crédits d’impôt destinés aux parents

Journaliste
Photo tirée du site web magarderie.com

Coup d'oeil sur cet article

La sœur d’une directrice de garderie soupçonnée de fraude aurait elle aussi soutiré des milliers de dollars à des parents par l’entremise de son service de garde.

• À lire aussi: Québec ferme une garderie controversée

• À lire aussi: Québec tolère la garderie de deux fraudeurs allégués

• À lire aussi: Une garderie chez un trafiquant proche des Hells Angels

La garderie La Ronde des bisous, dans l’arrondissement d’Ahunstic-Cartierville, à Montréal, est dirigée depuis décembre 2014 par Khadija El Boukhari. Notre Bureau d’enquête a retrouvé des parents qui affirment que cette femme leur aurait fait perdre d’importantes sommes d’argent au cours des dernières années. 

Khadija El Boukhari
Photo tirée de Facebook, Khadija El Boukhari
Khadija El Boukhari

«C’est une arnaque, je vais vous le dire franchement, c’est une arnaque», peste l’un d’entre eux, Younes.

Khadija El Boukhari est la sœur de Fatima El Boukhari, qui était depuis décembre 2012 à la tête de la garderie Aux coins des ami(e)s, à Montréal. 

Notre Bureau d’enquête a révélé en février dernier que Fatima El Boukhari était soupçonnée par la police d’avoir fraudé des dizaines de parents. Depuis,
Québec a ordonné la fermeture de son service de garde.

Tout comme sa sœur, Khadija El Boukhari aurait soutenu à tort que son établissement est subventionné et aurait utilisé les crédits d’impôt pour frais de garde afin de s’enrichir sur le dos des parents (voir encadré).

«On avait porté plainte, on est beaucoup de parents à avoir porté plainte. Je ne comprends pas pourquoi elle est toujours ouverte», déplore Fanny Archambault, qui a dû allonger quelque 3000 $ après avoir envoyé ses enfants à la Ronde des bisous en 2019 et 2020. 

La garderie La Ronde des bisous, qui appartient à Khadija El Boukhari, s’affichait à 8,70 $ par jour sur MaGarderie.com, comme si elle était subventionnée, ce qui n’est pas le cas. Dans les minutes suivant notre appel, le 23 mars dernier, les informations sur la tarification étaient retirées de la fiche.
Photos tirées du site web magarderie.com
La garderie La Ronde des bisous, qui appartient à Khadija El Boukhari, s’affichait à 8,70 $ par jour sur MaGarderie.com, comme si elle était subventionnée, ce qui n’est pas le cas. Dans les minutes suivant notre appel, le 23 mars dernier, les informations sur la tarification étaient retirées de la fiche.

17 000 $ perdus

Vanessa Savard a quant à elle dû rembourser quelque 17 000 $ au fisc. Durant neuf mois en 2017 et 2018, Khadija El Boukhari lui aurait prélevé ses crédits d’impôt anticipés, et ce, même lorsque ses deux enfants ont cessé de fréquenter La Ronde des bisous. 

«J’ai jamais eu de problèmes d’impôts, à part quand mes enfants ont commencé à aller à cette garderie-là», peste la mère de famille.

Younes, lui, soutient avoir perdu 500 $ après avoir laissé à la garderie des documents en vue d’une inscription pour son enfant, qui n’a finalement jamais fréquenté les lieux. 

Il a obtenu gain de cause par défaut aux petites créances en 2017, Khadija El Boukhari ne s’étant pas présentée à l’audience.

Confrontée à ces allégations, la propriétaire de La Ronde des bisous nie avoir réclamé, bonifié ou perçu des crédits d’impôt pour frais de garde destinés aux parents. 

«Jamais», a répété au bout du fil Khadija El Boukhari.

«Je sais qu’il y a un problème avec ma sœur, mais ça n’a rien à voir avec moi, affirme-t-elle. C’est pas le même dossier. Moi, je travaille honnête.»

Connue du Ministère

Au-delà des enjeux financiers, La Ronde des bisous a également eu maille à partir avec le ministère de la Famille dans le passé.  

Entre 2015 et 2019, des inspections ont permis de relever des manquements liés entre autres au respect des ratios enfants/éducatrice, à la qualification du personnel et à la conformité du menu. Les manquements avaient été corrigés en avril 2019, selon le Ministère.


Le stratagème allégué

◆ La garderie remplirait pour les parents des demandes de versements anticipés du crédit d’impôt pour frais de garde, en bonifiant entre autres le nombre de jours de garde afin de maximiser les montants octroyés. 

◆ Elle prélèverait chaque mois ce crédit d’impôt dans le compte des parents, en leur disant à tort que cette somme revient à la garderie.

◆ Les parents doivent aussi payer 8,70 $ par jour, comme si la garderie était subventionnée, ce qui n’est pas le cas.

◆ En fin d’année, Revenu Québec réclame aux parents les crédits d’impôt excédentaires qu’il leur a versés. Ceux-ci sont forcés de rembourser l’argent déjà empoché par la garderie.


Plaintes, litiges et faux documents

◆ Khadija El Boukhari est propriétaire depuis 2014 de la garderie La Ronde des bisous. Le ministère de la Famille a reçu dix plaintes concernant l’établissement, dont sept ciblaient des litiges financiers entre la propriétaire et des parents. Ces dossiers ont été transmis, entre autres, à Revenu Québec. L’Office de la protection du consommateur a quant à lui traité huit plaintes pour des cas de mésentente sur le tarif et d’absence de contrat écrit à cette garderie.

◆ À partir de 2012, Khadija El Boukhari a aussi été actionnaire de la garderie Les petits trésors, à Montréal. Cet établissement, vendu à un tiers en octobre 2019, a aussi fait l’objet d’une vingtaine de plaintes au Ministère, dont six étaient reliées
à des litiges financiers.

◆ Khadija El Boukhari est citée en 2019 dans une poursuite pour fraude de près de 200 000 $ initiée par la Banque royale du Canada contre sa sœur, Fatima El Boukhari. Selon ce document, un compte en banque administré entre autres par les deux sœurs aurait permis de faire transiter des sommes frauduleuses. L’affaire s’est réglée hors cour. 

◆ On retrouve aussi le nom de Khadija El Boukhari dans une décision de la cour fédérale datant de 2009. Le tribunal relate que cette Marocaine d’origine a été interdite de territoire au Canada durant deux ans, après avoir « présenté de faux documents » en appui à une demande de visa étudiant, en 2006.

Québec veut resserrer le travail d’enquête  

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a bon espoir que des décisions seront prises plus rapidement dans les dossiers de garderies aux pratiques discutables.
Photo Stevens Leblanc
Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a bon espoir que des décisions seront prises plus rapidement dans les dossiers de garderies aux pratiques discutables.

Le ministre de la Famille entend resserrer le travail d’enquête afin d’agir plus rapidement auprès des garderies problématiques, dans la foulée de nos révélations sur la gestion douteuse de certains établissements privés.

Uniquement depuis le début de l’année, notre Bureau d’enquête a dévoilé des faits troublants concernant trois garderies qui avaient reçu le feu vert de Québec pour opérer. 

Deux d’entre elles ont depuis été forcées de fermer leurs portes.

La dernière en liste, La Ronde des bisous, est toujours autorisée à accueillir 30 enfants, et ce, malgré les plaintes de parents s’estimant lésés à la suite d’un stratagème fiscal qui aurait été déployé par la direction.

«Lorsqu’il y a une fraude commise par une propriétaire de garderie à l’égard des parents, est-ce que ça veut nécessairement dire que les enfants sont en danger? Non. Est-ce que ça veut dire que les pratiques sont discutables et qu’il doit y avoir une enquête? Tout à fait , plaide le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Mais les questions financières liées aux garderies privées non subventionnées ne relèvent pas du ministère de la Famille, selon M. Lacombe. 

Ainsi, il n’a d’autre choix que d’attendre les conclusions de l’enquête de Revenu Québec sur l’établissement dirigé par Khadija El Boukhari avant d’aller de l’avant ou non.

«Si la fraude alléguée est prouvée [...], il faut sévir», soutient-il.

Longs délais

Pour les parents soutenant avoir perdu d’importantes sommes d’argent après avoir fait affaire avec cette garderie, toutefois, les délais sont longs et les résultats, peu visibles.

Dans une volonté d’améliorer la situation, le ministre Lacombe travaille à mettre sur pied une cellule de coordination qui permettrait de resserrer les liens entre le Ministère et les autres organisations, dont Revenu Québec. 

Cette unité permettrait entre autres d’éviter que les dossiers de plaintes soient transférés d’un endroit à l’autre et rendrait leur traitement plus efficace.

«Avec les modifications qu’on apporte en ce moment, il y aura une porte d’entrée, et tous les gens concernés seront autour de la table pour être capables de prendre la meilleure décision, le plus rapidement possible», assure-t-il. 

Un modèle désuet

Cette cellule risque de traiter essentiellement des cas de garderies privées non subventionnées avec lesquelles le Ministère a moins de liens, reconnaît le ministre Lacombe. 

«Je l’ai souvent dit publiquement, je pense que c’est un modèle d’affaires qui ne fonctionne plus», lance-t-il.

«Selon moi, on doit tendre vers un réseau où toutes les garderies qui veulent être subventionnées pourront l’être», termine-t-il.


Deux garderies fermées depuis le début de l’année

Depuis le début de l’année, notre Bureau d’enquête a découvert des faits troublants concernant deux garderies, qui ont par la suite été fermées par le ministère de la Famille.

Janvier 2022

Le ministère de la Famille ordonne la fermeture à Québec d’une garderie privée en milieu familial dirigée par Layla Cosatto. La femme accueillait jusqu’à six enfants dans la maison de son mari, le trafiquant Dave Blais Robitaille, jadis un proche des Hells Angels. 

Février 2022

Québec ordonne la fermeture de la garderie privée non subventionnée Aux coins des ami(e)s, après près d’une décennie de gestion douteuse. L’établissement de Montréal était opéré par Fatima El Boukhari et son mari, Mohamed Dawah, et pouvait accueillir 30 enfants.


► Une situation à dénoncer ? Contactez-moi en toute confidentialité. kathryne.lamontagne@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.