/entertainment/tv
Navigation

Droit à l’avortement: une série sur l’affaire Chantale Daigle

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle série «Désobéir: le choix de Chantale Daigle» va nous ramener en 1989 quand le pays est plongé dans une importante bataille judiciaire jusqu’en Cour suprême pour le droit à l’avortement.

Trente-trois ans plus tard, cette question est réglée pour la majorité des Canadiens. Les femmes ont le droit de disposer de leur propre corps, mais il reste encore des gens jusqu’à Ottawa qui militent pour interdire les interruptions de grossesse.

Le Journal de Montreal

Dans ce drame qui atterrira sur Crave, les auteurs Daniel Thibault et Isabelle Pelletier («Mirador», «Ruptures») traitent de l’affaire Chantale Daigle, qui a fait les manchettes partout au pays et à travers le monde. La jeune femme a 21 ans quand elle tombe enceinte de Jean-Guy Tremblay, un homme qu'on décrit comme «manipulateur et agressif». Elle le plaque parce que leur relation est tempétueuse et choisit de se faire avorter.

Claude Rivest / Le Journal de Montreal

L’homme ne l’entend pas ainsi, et souhaitant même demeurer en couple avec elle, il se tourne vers les tribunaux pour l’empêcher de se rendre dans une clinique d’avortement. Un juge de première instance donne raison à M. Tremblay bien que l’interruption de grossesse ait été décriminalisée l’année précédente. Chantale Daigle est alors plongée dans une tempête médiatique.

Chantal Daigle tombe enceinte de Jean-Guy Tremblay et envisage l'avortement. Tremblay demande une injonction pour empecher l'avortement.

- Sur la photo, Jean-Guy Tremblay a la sortie de l'audience en Cour d'appel au palais de justice de Quebec le 19 juillet 1989

Credit photo: Les archives / Le Journal de Quebec
Karl Tremblay / Le Journal de Quebec
Chantal Daigle tombe enceinte de Jean-Guy Tremblay et envisage l'avortement. Tremblay demande une injonction pour empecher l'avortement. - Sur la photo, Jean-Guy Tremblay a la sortie de l'audience en Cour d'appel au palais de justice de Quebec le 19 juillet 1989 Credit photo: Les archives / Le Journal de Quebec

En août 1989, un arrêt de la Cour suprême reconnaît finalement que le fœtus n’a pas le statut légal d’une personne. Soulignons que Tremblay, qui a fait de la prison après l’affaire Chantal Daigle, est connu pour ses nombreuses condamnations pour agression, séquestration et harcèlement criminel contre des femmes, comme le rapportait «Le Journal de Québec» en avril 2012.

La distribution de «Désobéir: le choix de Chantale Daigle» n’est pas encore dévoilée. Les tournages doivent s’amorcer cet été.

C’est la boite ALSO Productions de Sophie Lorain et Alexis Durand-Brault qui porte le projet depuis 2019, d’après une idée originale de la documentariste Gaëlle D'Ynglemare. C’est M. Durand-Brault qui réalise la série. C’est la deuxième collaboration d’ALSO avec Bell Média après la fiction «Sortez-moi de moi», proposée en première fenêtre sur Crave et actuellement diffusée sur Noovo.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.