/news/coronavirus
Navigation

La COVID-19 accroît le risque de caillots sanguins jusque 6 mois après l’infection, selon une étude

REMÈDES gens masques
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La COVID-19 accroît le risque de développer des caillots sanguins graves jusque six mois après l’infection, montre une étude publiée jeudi dans le British Medical Journal (BMJ). 

• À lire aussi: COVID-19: lever l’urgence sanitaire pourrait «tuer du monde», affirme le Dr Boileau

• À lire aussi: «Tactiques complotistes»: la CAQ accuse un député libéral de désinformation

• À lire aussi: COVID-19: plus de cas, mais moins d'hospitalisations sur la Côte-Nord

Cette étude suédoise révèle un risque accru de thrombose veineuse profonde (un caillot sanguin dans la jambe) jusqu’à trois mois après l’infection à la COVID-19, d’embolie pulmonaire (un caillot de sang dans les poumons) jusqu’à six mois après, et d’un événement hémorragique jusqu’à deux mois après.

Ce risque est plus élevé chez les patients atteints de comorbidités et ceux atteints d’une COVID-19 sévère. Il était plus marqué pendant la première vague pandémique par rapport aux deuxième et troisième vagues, souligne aussi l’étude.

On savait déjà que la COVID-19 augmente le risque de caillots sanguins graves (connus sous le nom de thrombose veineuse), mais on avait moins d’informations sur la durée pendant laquelle ce risque était accru et s’il a varié pendant les différentes vagues épidémiques.

Pour mener leur étude, les chercheurs ont identifié plus d’un million de personnes en Suède ayant été infectées par le SARS-Cov2 entre le 1er février 2020 et le 25 mai 2021, appariées par âge, sexe et lieu de résidence à plus de quatre millions de personnes qui n’avaient pas eu de résultat positif à la COVID.

Ils ont ensuite calculé les taux de thrombose veineuse profonde, d’embolie pulmonaire et de saignement chez les personnes ayant eu la COVID-19 au cours d’une période de contrôle et ont fait des comparaisons avec un groupe témoin.

Selon les chercheurs, les risques accrus observés pendant la première vague par rapport aux deux suivantes pourraient s’expliquer par les améliorations ultérieures des traitements et de la couverture vaccinale chez les patients plus âgés.

Pour les chercheurs, ces résultats justifient la prise de mesures visant à prévenir les événements thrombotiques (comme l’administration de traitements qui préviennent la formation d’un caillot dans les vaisseaux sanguins), en particulier pour les patients à haut risque, et renforcent l’importance de la vaccination contre la COVID-19. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.