/opinion/columnists
Navigation

La mauvaise foi de la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

Il est quand même ironique de penser qu’après avoir fait tout en son possible pour couler l’acceptabilité sociale envers le tramway, depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement Legault en fait maintenant une exigence pour sa réalisation. 

Si certains doutent encore de la volonté du gouvernement de saboter le tramway, c’est qu’ils n’ont rien compris de la dynamique qui règne au sein du caucus caquiste de la région de Québec. 

Depuis le début, ces élus de la branche la plus à droite de la CAQ lorgnent ce projet avec dédain.

Il faut se rappeler leur bouille, le jour où ils ont dû annoncer, lors de la campagne de 2018, qu’ils étaient désormais en faveur...

Quand on dit qu’une image vaut mille mots, la scène était on ne peut plus frappante.

La « bad cop » du dossier

Les élus de Québec ne se sont jamais levés pour porter ou défendre le tramway, bien au contraire. Leur calcul est simple, et il consiste à préserver les votes en périphérie, moins favorables au tramway.

Geneviève Guilbault, qui est pourtant la ministre responsable de la région de la capitale nationale, s’est illustrée en bad cop du dossier.

Puis, visiblement en panique devant la montée d’Éric Duhaime, le ministre Éric Caire est allé jusqu’à accuser le maire Bruno Marchand de polluer l’existence des conducteurs « avec des projets comme ça ». 

Il faut le faire. Ce sont des élus caquistes de Montréal qui, agacés d’être associés à l’image arriérée des opposants au transport en commun dans le caucus de Québec, doivent s’interposer pour que le projet progresse. 

Bataille perdue 

Le gouvernement caquiste a dû se rendre à l’évidence. Il perdu la bataille contre le maire Marchand.

Ce dernier est vite parvenu à rallier les autres maires des grandes villes, en dénonçant l’ingérence du gouvernement dans les compétences municipales. 

Des représentants de tous les partis d’opposition à l’Assemblée nationale étaient présents au rassemblement en faveur du tramway, hier soir, dans une salle pleine à craquer de citoyens et de représentants d’organismes. 

Le gouvernement, avec ses simagrées, a visiblement réveillé un mouvement citoyen qui pourrait lui coûter cher. Un mouvement qui doit continuer, car il ne faut surtout pas sous-estimer la mauvaise foi du gouvernement dans ce dossier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.