/misc
Navigation

22 questions au futur retraité Pierre Gervais

Bactéries équipements
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Pierre Gervais, gérant de l’équipement du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Gervais, après sa 31e saison au sein de l’organisation du Canadien, prendra sa retraite à la fin de la saison à titre de gérant de l’équipement. Originaire de Trois-Rivières, sa carrière s’est amorcée avec la formation junior des Draveurs de Trois-Rivières dont l’entraîneur-chef était Michel Bergeron avant que Georges Guilbault l’invite à se joindre aux Castors de Sherbrooke sous la direction de Ghislain Delage.

Pierre a fait partie des Canadiens de Sherbrooke, qui ont remporté la coupe Calder en 1985, et de l’édition 1993 du Canadien, qui a gagné la coupe Stanley. Sur la scène internationale, il a participé quatre fois aux Jeux olympiques, mais également avec l’équipe canadienne qui a gagné la Coupe du monde en 2004.


Décris-moi tes parents.

Je suis choyé d’avoir pu compter sur de formidables parents, dont mon père, Marcel, comptable pour le gouvernement, et ma mère, Madelaine Champagne, qui a toujours été présente pour nous guider.


Le respect, c’est primordial.

Le message de mes parents était clair : le respect, c’est primordial.


Les étés, tu les passais au Lac-aux-Sables.

Nous partions en direction du chalet au Lac-aux-Sables. Je suis un gars des bois, alors j’adorais aller à la pêche. D’ailleurs, la forêt a toujours été très importante dans ma vie.


Ton père te faisait manquer l’école pour aller à la pêche avec lui.

Papa trouvait que c’était important que nous puissions partager une journée ensemble à la pêche. Pensez-y, un jeune gamin qui manquait une journée d’école pour aller à la pêche avec son père. Ce moment magique je le chéris encore aujourd’hui dans mon cœur.

Tu as travaillé au dépanneur de ta sœur.

Mon premier emploi était celui de camelot avant de travailler au dépanneur de ma sœur pendant un été.


À 16 ans, tu t’es joint aux Draveurs de Trois-Rivières.

Michel Bergeron a cru en moi. Bergie m’a engagé, pour les pratiques et matchs à domicile, comme adjoint à Normand Beaudry, le gérant de l’équipement, qui est devenu mon mentor.


Michel Bergeron t’a livré l’un des plus importants messages de ta carrière.

« Le jeune, ce qui se passe dans le vestiaire reste dans le vestiaire... sinon tu es congédié. » Je n’ai jamais oublié son message.


Quels étaient tes défis ?

Faire le lavage, garder le vestiaire dans une propreté impeccable, cependant, le vrai défi, c’était de maîtriser la machine à aiguiser les patins.


L’homme d’affaires Georges Guilbault a joué un rôle important dans ta vie.

Georges m’a invité à aller le rencontrer à Sherbrooke, car il désirait m’offrir le poste du gérant de l’équipement des Castors de Sherbrooke.


J’ai dû emprunter 20 $.

Il y avait deux obstacles devant moi. Le premier, je n’ai pas avisé mes parents du poste qui m’était offert, car ils étaient au chalet. Le deuxième, j’ai dû emprunter la somme de 20 $ à mon frère pour payer mon billet d’autobus.


Georges Guilbault est bien assis dans sa Cadillac rouge.

George, qui a joué un rôle important dans ma vie, m’attendait bien assis dans sa Cadillac rouge. Il m’a fait visiter la ville et j’ai accepté son offre.


Tu as quitté la maison avec 60 $ dans tes poches.

Mes parents étaient contents que j’accepte la position à Sherbrooke. Je quitte vers Sherbrooke avec la modique somme de 60 $ dans mes poches.


Ton premier appartement était proche de l’aréna.

C’est-à-dire que je vivais dans le grenier d’une maison. Je n’avais ni de télévision ni système de son.


Pendant 3 mois, tu ne mangeais que du beurre d’arachide à la maison.

Soyons plus précis, je n’avais pas les moyens de me payer autre chose.


Ta première voiture fut une Camaro blanche usagée.

Voiture blanche, sièges intérieurs blancs et le fameux 8tracks pour écouter la musique.


Deux gars de Trois-Rivières qui ont travaillé dans LNH.

Le gérant de l’équipement des Canucks de Vancouver était Pat Dunn. Lorsque je le voyais aux matchs de baseball des Aigles de Trois-Rivières, je désirais devenir un directeur d’équipement. C’était mon idole.


Tu as participé à deux conquêtes de la coupe Stanley avec le Canadien.

La première fois, en 1986, j’étais un préposé invité. En 1993, j’étais l’adjoint du directeur de l’équipement, Eddy Palchak.


La conquête de la coupe Stanley en 1993 est la plus importante de ta carrière.

Cette victoire touchait le peuple québécois en entier, mes amis, la parade dans le centre-ville de Montréal, c’était éblouissant. Aucun championnat peut remplacer 1993.


Tu as quatre beaux enfants.

Ma fille, Anne-Michèle Gervais, qui est procureure de la Couronne à Montréal, et mon fils Louis Gervais, qui a une maîtrise en finances, ont étudié à l’Université de Sherbrooke. Je suis tellement fier d’eux.


Tu en as deux enfants plus jeunes.

Gabriel Gervais, 12 ans, est un amateur de pêche. L’an dernier, nous sommes allés à la pêche sur l’île de Vancouver et il a attrapé un saumon de 37 livres.

Alexandre Gervais, 10 ans, est le boute-en-train de la famille. Il est un passionné de la cuisine, ce qui nous permet de déguster de merveilleux repas qu’il nous cuisine.


Tu es très reconnaissant envers ton épouse.

Il y a 14 ans, Sophie Picard et moi nous nous sommes mariés. C’est une mère de famille incroyable qui a pris soin des deux gars avec beaucoup d’amour. Souvent laissée seule avec les enfants à cause de mes nombreux voyages, elle a trouvé le moyen de compléter ses études universitaires.


Vos rôles vont s’interchanger lors de ta retraite.

Elle va amorcer une carrière dans le milieu de la santé et cela sera à mon tour de rester à la maison et prendre soin des enfants. Je voudrais ajouter que : « Je t’aime beaucoup, Sophie, et je tenterai d’accomplir la même besogne que tu as réalisée avec nos enfants ».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.