/news/coronavirus
Navigation

Sixième vague: l’Ontario mise sur le Paxlovid

Sixième vague: l’Ontario mise sur le Paxlovid
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La santé publique de l’Ontario a dévoilé de nouveaux critères, lundi, pour élargir l’accès au Paxlovid, un médicament visant à diminuer les symptômes causés par la COVID-19. 

• À lire aussi: COVID-19: 85 hospitalisations de plus au Québec

• À lire aussi: Sixième vague: 90% du stock du médicament oral contre la COVID-19 inutilisé

«Il est clair que nous sommes en plein dans la sixième vague de la pandémie en raison du variant BA.2», a expliqué le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore, lors de son premier point de presse en près d’un mois.

Selon lui, la hausse des cas et des hospitalisations observés en Ontario depuis le début du mois de mars devrait se poursuivre pendant encore «plusieurs semaines».

Conséquemment, dès la semaine prochaine, tous les adultes immunosupprimés ou présentant un problème de santé chronique, tous les aînés de 70 ans et plus et tous les aînés de 60 et plus inadéquatement vaccinés pourront recevoir un traitement au Paxlovid s’ils contractent la COVID-19.

Dans cette optique, l’accès aux tests PCR a aussi été élargi à ces groupes d’Ontariens afin de pouvoir diagnostiquer le virus.

Retour du masque?

Par ailleurs, le Dr Moore espère que les Ontariens préféreront prévenir plutôt que guérir.

«Il y a plusieurs mesures que nous pouvons prendre pour limiter les impacts de cette vague, comme nous couvrir avec des mesures de protection que nous avons si bien adoptées au cours des deux dernières années, même si elles ne sont pas légalement obligatoires», a-t-il souligné alors que l’Ontario a abandonné pratiquement toutes ses mesures sanitaires en dehors des centres de soins et des résidences pour aînés.

«Ça inclut une forte recommandation de continuer à porter un masque à trois épaisseurs», a poursuivi le Dr Moore en insistant sur le mot «forte».

Le premier ministre Doug Ford a, jusqu’ici, fermé la porte à un retour du port obligatoire du masque dans les lieux publics. Mais cela pourrait changer si un nouveau variant venait à apparaître, a laissé entendre le médecin hygiéniste en chef lors de son point de presse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.