/news/currentevents
Navigation

Début du procès de Steve Lévesque à Rimouski

Coup d'oeil sur cet article

Le procès de Steve Lévesque, accusé du meurtre au second degré de Maxime Dugas-Lepage, s'est amorcé mardi au palais de justice de Rimouski. 

Le procès devrait s'étendre sur cinq à huit semaines, considérant le nombre élevé de témoins à interroger. La Couronne à elle seule prévoit faire entendre une trentaine de témoins qui dérouleront tour à tour devant 14 jurys.

La mère et le frère de la victime ont témoigné les premiers. Mona Dugas a pu confirmer à la cour que son fils était en arrêt de travail depuis quelques mois. Avant sa blessure, il occupait un poste dans le secteur de Fermont. Elle a aussi indiqué avoir reporté la disparition de son fils, tué en janvier 2020.

Jean-François Dugas-Lepage a raconté avoir vu son frère à 23h30 le soir du drame, afin de lui remettre les clés d'un entrepôt. Le lendemain, comme il n'avait pas de nouvelles, il s'est rendu chez un ami de Maxime. Après avoir contacté plusieurs personnes, en vain, il s'est rendu chez un résident de Sainte-Anne-des-Monts, où son frère avait été aperçu pour la dernière fois. À la suite de cette rencontre, il a décidé d'aviser sa mère de la disparition de Maxime.

Audrey Dion, une amie de la victime, a aussi témoigné au procès. Elle a confirmé avoir été impliquée dans le trafic de cocaïne dans le passé. Selon elle, Maxime Dugas-Lepage lui fournissait la drogue qu'elle revendait à sa clientèle. Elle s'occupait également du chien de la victime à l'occasion.

Mme Dion a affirmé s'être rendue chez la victime après avoir appris sa disparition, afin de s'assurer qu'il n'y avait aucune drogue dans la demeure.

Le colocataire de la victime, Guillaume Lavoie, a avoué qu'il consommait beaucoup de cocaïne, à l'époque. La plupart du temps, il se la procurait auprès de Maxime Dugas-Lepage. Il a confirmé que la victime était impliquée dans la vente de stupéfiants et qu'elle se procurait de la drogue auprès de l'accusé et d'un autre individu.

Marjorie Stevers, la conjointe de la victime au moment des faits, a raconté avoir rencontré Maxime sur l'application de rencontre Tinder. Originaire de Sept-Îles, elle a confirmé avoir passé la fin de semaine avant le drame avec Maxime Dugas-Lepage. Son dernier contact avec lui remonterait au 20 janvier 2020.

Un témoin, Pierre-Olivier Sirois, a aussi indiqué avoir assisté à une altercation entre la victime et un autre homme.

Rappelons que Steve Lévesque, 49 ans, aurait été impliqué dans le trafic de stupéfiants, comme Maxime Duglas-Lepage. Une dette de drogue serait d'ailleurs à l'origine du conflit qui aurait mené à la mort de la victime.

Selon les policiers, l'accusé et des complices auraient nettoyé la scène de crime après le meurtre et déplacé le corps, ce qui explique pourquoi ce dernier n'a pas encore été retrouvé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.