/news/transports
Navigation

3e lien: «Plus économique et sécuritaire» d'opter pour deux tunnels, selon un expert

Coup d'oeil sur cet article

Bruno Massicotte, auteur d’un rapport sur le troisième lien en 2016, estime qu’il est «plus économique et plus sécuritaire» d’opter pour deux tunnels pour relier les centres-villes de Québec et de Lévis plutôt que de construire le plus gros tunnelier au monde.

• À lire aussi: Une nouvelle version plus modeste et moins chère

• À lire aussi: Troisième lien: le maire Marchand s’inquiète de l’étalement urbain

• À lire aussi: Chauveau: Le 3e lien révisé pourrait ramener des électeurs à la CAQ, selon le député Lévesque

C’est ce que le professeur à l’École Polytechnique de Montréal a mentionné, hier, en entrevue avec Le Journal

«Ce que je comprends du concept “bitube”, c’est la solution qu’on avait retenue en 2016. Ça ressemble à ce qu’on a proposé à l’époque dans notre rapport avec deux tubes de 15 mètres [de diamètre] qui permettaient d’avoir trois voies dans chaque tube», a-t-il mentionné.

Selon lui, «le premier avantage à avoir deux tubes plus petits plutôt qu’un très gros, c’est la facilité de construire, car c’est une technologie plus conventionnelle. Le deuxième est qu’on peut creuser les deux tubes en même temps, ce qui permet d’aller plus vite et de réduire les coûts. Aussi, au niveau de la sécurité, deux tubes interconnectés à tous les 200 mètres, ça permet de meilleures interventions d’urgence pour les policiers et les pompiers.»

Une préférence pour le pont

Tout en se disant favorable au principe d’un troisième lien interrives qu’il juge nécessaire pour la région de la Capitale-Nationale, l’expert ne cache pas sa préférence pour un pont supplémentaire plutôt que pour un ou deux tunnels. 

«Chacun a une colonne d’avantages et d’inconvénients. Mais un pont est moins cher et plus rapide à construire. C’est aussi plus flexible. Sur un pont, on peut transporter des matières dangereuses, ce qui n’est pas le cas pour un tunnel», a-t-il rappelé.

Aussi, «la circulation dans un tunnel est moins flexible pour les usagers. C’est plus un boulevard urbain qu’une autoroute», a-t-il ajouté.

Étalement urbain

Interrogé quant aux craintes exprimées par le maire Marchand, M. Massicotte a convenu que «le tunnel va favoriser de l’étalement urbain sur la Rive-Sud. Pour la Rive-Nord, il n’y aura pas de changements. Ceux qui vont bénéficier du tunnel, c’est vraiment les gens de la Rive-Sud. Ceux de la Rive-Nord vont souffrir parce que ça va amener plus de trafic à des endroits qui sont déjà assez congestionnés comme Laurentienne ou l’autoroute de la Capitale.» 

À ses yeux, il est donc «très important» que le mégaprojet laisse une place de choix au transport en commun pour relier rapidement les deux centres-villes.  

Des réactions au projet   

Photo d'archives, Didier Debusschère

«Avant que le contrat ne soit donné, on va être en 2025. On va être rendu à l’autre élection. Le troisième lien a le temps de changer d’endroit et de grosseur [...] Peut-être qu’ils vont arriver avec une autre variante dans un an et demi ou deux ans.»

– Bruno Massicotte, professeur à l’École Polytechnique de Montréal


Photo Stevens LeBlanc

«On a beau améliorer le transport en commun, je ne réussirai pas à faire des gains. Ça va toujours prendre une heure. Par contre, si j’ai un lien direct en 15 minutes qui relie les centres-villes, on parle d’avenir.»

– Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.