/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pourquoi la CAQ se tient loin de la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous remarqué que, depuis quelques semaines, tant le premier ministre François Legault que le ministre de la Santé prennent leurs distances par rapport à la gestion quotidienne de la pandémie?

Je ne me souviens pas du dernier point de presse «politique» de la pandémie. Désormais, c’est le Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique, qui répond aux questions liées à la sixième vague, à la vaccination, au délestage ou au manque de main-d’œuvre dans les hôpitaux, etc.

Il est en quelque sorte devenu leur ministre de la COVID, et ça tombe bien, il n’aura pas à courtiser les électeurs dans six mois.

  • Écoutez la rencontre Yasmine Abdelfadel et Dominic Vallières diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio :

J’entends déjà les membres du gouvernement et leur personnel répondre à la présente chronique que le Dr Boileau jouit d’une indépendance manifeste, qu’il faut être cohérent dans nos actions et nos déclarations devant les Québécois, qu’ils ont appris à gouverner avec le facteur COVID-19 plutôt que de gérer presque exclusivement cette pandémie.

Et ils auraient raison. Il est important que nos élus et nos ministres se penchent sur tous les sujets d’intérêt, qu’ils soient ou non liés à la pandémie. Le ministre de la Santé n’a pas pour principale fonction de tenir des points de presse et de «tweeter» le bulletin du nombre d'hospitalisations et de décès par jour. Il y a des enjeux tout aussi importants, voire plus importants, sur lesquels il doit plancher, notamment la question de la refondation de notre système de santé.

Soit. Mais pourquoi le maintien de l’état d’urgence quand la COVID-19 s’est banalisée au point d'être gérée par les technocrates? Pourquoi garder des pouvoirs exceptionnels quand tout porte à croire que la situation ne l’est plus?

  • Encore plus de Yasmine Abdelfadel, écoutez son édito diffusé chaque jour en direct 6 h via QUB radio : 

Peut-être suis-je cynique, mais je me demande si cette distanciation par rapport à la gestion quotidienne de la pandémie ne résulte pas plutôt d'une volonté d’éloigner Éric Duhaime et le Parti conservateur de leur sujet de prédilection, la pandémie, et de les forcer, en quelque sorte, à se mouiller sur d’autres sujets plus complexes, requérant plus de finesses et de nuances. 

M. Duhaime a réussi à rassembler un nombre important de fâchés, frustrés et écœurés de la pandémie. La seule chose qui les lie et qui donne un souffle à leur mouvement, c’est leur mobilisation contre les mesures sanitaires. 

Le pari de François Legault est d’exclure la COVID-19 des discours et débats politiques pour les avoir à l’usure et affaiblir leur mobilisation. Ainsi pourrait-il peut-être dire que ce parti n’était finalement qu’un mirage et sauver, du même souffle, toutes les circonscriptions de la Capitale-Nationale. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.