/news/politics
Navigation

Troisième lien: les interrogations de Marchand demeurent

L’étalement urbain et une potentielle hausse de la circulation routière préoccupent Bruno Marchand

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle mouture du 3e lien ne permet pas de répondre aux interrogations du maire de Québec, Bruno Marchand, qui s’inquiète toujours pour l’étalement urbain et pour l’augmentation potentielle de la circulation routière.

• À lire aussi: Oups: une image truffée d'erreurs pour le 3e lien

• À lire aussi: Un 3e lien à 6,5 milliards $ pour 2032

«Aujourd’hui, il n’y a pas de réponses [...] Si ce projet-là va de l’avant comme ça, c’est sûr qu’on va avoir de la misère à cautionner un projet qui additionnerait de l’étalement urbain», a mentionné le maire de Québec, quelques minutes après avoir assisté à la présentation faite par les ministres François Bonnardel et Geneviève Guilbault.  

Selon lui, «sur l’étalement urbain, on ne peut pas être rassurés. Rééquilibrer, ça veut dire donc développer l’est comme on a développé l’ouest. Ça veut dire plus d’étalement urbain. Je pense qu’on a des visions différentes par rapport à ça». 

Répétant que les familles ont le droit de s’établir où elles veulent, le maire Marchand a toutefois signalé que «l’enjeu ici est l’impact sur le transport et l’impact que ça a sur les GES [gaz à effet de serre] qui nous empêche de réduire nos GES de façon à atteindre nos cibles». 

Interrogé plus spécifiquement sur la place dévolue au transport en commun dans le nouveau 3e lien, M. Marchand a dit «qu’on peut continuer de travailler le projet et de faire en sorte que ce soit attractif». 

Le maire de Québec a toutefois admis que le projet gouvernemental peut aller de l’avant même sans son appui. «Je ne pourrai pas m’attacher à un arbre ou à un quelconque espace ou mobilier urbain pour pas que ça se réalise, a-t-il convenu. Maintenant, la Ville a une influence.» 

Le maire Bruno Marchand a rencontré les médias après l’annonce de la nouvelle mouture du tunnel Québec-Lévis, jeudi après-midi. Il a exprimé à nouveau des réticences quant aux impacts du projet.
Photo Agence QMI, Marcel Tremblay
Le maire Bruno Marchand a rencontré les médias après l’annonce de la nouvelle mouture du tunnel Québec-Lévis, jeudi après-midi. Il a exprimé à nouveau des réticences quant aux impacts du projet.

Villeneuve contre le projet

De son côté, Claude Villeneuve, chef de Québec d’abord, s’est fait beaucoup plus catégorique que la veille en se positionnant carrément contre la nouvelle mouture du 3e lien et en appelant le maire à faire connaître son opposition, sans ambiguïté, d’ici le scrutin provincial de l’automne.  

«On ne peut pas appuyer ce projet-là. On n’est pas d’accord avec ce projet-là, a insisté M. Villeneuve. Le ministre [Bonnardel] a dit ouvertement, en point de presse, que l’idée c’est de faire du développement résidentiel dans Bellechasse. L’étalement urbain, ce n’est pas une bonne solution [...] Je sens que le maire chemine vers ça [une opposition au projet] et je lui suggère de l’assumer». 

Réitérant son appui au 3e lien, le chef de Québec 21, Éric Ralph Mercier, a toutefois admis que la présentation de jeudi le laisse sur son appétit. «L’imprécision concernant les sorties, le manque de détails concernant les impacts collatéraux du projet ainsi que l’absence de détails concernant le plan pour les banlieues [...] sont parmi les nombreux points d’interrogation [auxquels] le gouvernement doit répondre», a-t-il déploré. 

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, a de nouveau qualifié le tunnel Québec-Lévis de «gaspillage de fonds publics» et a répété que ce projet «n’a pas plus de fondement scientifique».  

Un projet qui divise

« L’imprécision concernant les sorties, le manque de détails concernant les impacts collatéraux du projet ainsi que l’absence de détails concernant le plan pour les banlieues [...] sont parmi les nombreux points d’interrogation auxquels le gouvernement doit répondre. »

- Éric Ralph Mercier, chef de Québec 21

« C’est encore du gaspillage de fonds publics pour un projet qui n’a pas plus de fondement scientifique, on pourrait faire tellement mieux en mobilité durable avec 7 milliards de dollars »

- Jackie Smith, cheffe de Transition Québec

« L’étalement urbain, pour moi, c’est une vraie risée. C’est un cheval de bataille qui ne tient pas la route »

- Yvon Dumont, préfet de la MRC de Bellechasse

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.