/sports/hockey/canadiens
Navigation

«Je me sentais désiré» -Carey Price

Carey Price
Photo Martin Chevalier Carey Price

Coup d'oeil sur cet article

« Carey !, Carey !, Carey ! » Avant même l’interprétation des hymnes nationaux, Carey Price a reçu une immense vague d’amour de la part des partisans du Centre Bell à son premier départ depuis le 7 juillet, date du cinquième match de la finale de la Coupe Stanley contre le Lightning de Tampa Bay. 

• À lire aussi: Défaite du CH: retrouvailles gâchées

• À lire aussi: «J’étais content pour lui» -Paul Byron

• À lire aussi: Le grand retour de Price

S’il n’a rien de l’homme le plus expressif sur terre, le numéro 31 a parlé un peu de ses sentiments après ce premier départ contre les Islanders de New York, hier. 

« C’était très bien. J’ai reçu un accueil vraiment chaleureux. Je me sentais désiré. Je trouvais ça émouvant. Mais J’ai mis cela de côté. Je voulais bien jouer, je restais concentré. »

Price a décrit ce qu’il lui manquait le plus durant ses neuf mois d’absence. 

« Je m’ennuyais beaucoup du hockey. Quand tu es sur les lignes de côté, tu fais partie de l’équipe. Mais tu ne te sens pas aussi investi. Ce n’est pas facile quand tu ne fais pas partie de la solution. J’avais hâte de renouer avec tout ce qui va avec le jeu. Être assis dans mon casier, rire avant le match avec les coéquipiers, préparer ma routine et l’aspect compétitif d’un match. Je voulais aussi ressentir le buzz de la foule, réaliser un arrêt. » 

Au son de la sirène finale, Price a récupéré la rondelle de cette rencontre. 

« Je l’ai juste donné à un jeune partisan à ma sortie de la patinoire », a répliqué le gardien originaire d’Anahim Lake. 

Frustrant

L’homme masqué du CH a manqué 74 matchs. Il n’a pas guéri aussi rapidement qu’il le désirait de son opération à un genou subie à la fin juillet. 

« C’était un processus frustrant, mais ce n’est pas la faute d’une personne en particulier, a-t-il expliqué. Je crois qu’après l’opération, nous avions parlé d’une période assez précise. Mais avec ma position, je m’attendais à une absence un peu plus longue. Un gardien a besoin de mouvements particuliers. Il y a eu des reculs dans ma réadaptation. Il y avait de l’inflammation dans mon genou, ça me limitait. Un processus frustrant. Il y avait également des problèmes avec les cartilages dans mon genou. » 

Le cœur et l’âme du CH

Martin St-Louis avait le sourire dans le visage en replongeant dans ses émotions du début de la rencontre avec les chants et les applaudissements pour Price. 

« C’était une soirée spéciale pour bien des raisons avec le décès de Mike Bossy et le retour de Carey. J’ai déjà eu des blessures, mais j’étais jeune et je ne me suis jamais absenté aussi longtemps. Je n’avais pas reçu une ovation comme Carey à mon retour ! Je n’étais pas surpris. Je sais ce qu’il représente pour le Canadien. » 

« Carey est le cœur et l’âme de cette équipe depuis longtemps. Il est la raison de longs parcours en séries. Quand tu regardes une bonne équipe, tu trouves souvent un grand gardien. »  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.