/news/coronavirus
Navigation

6e vague: l’Est-du-Québec durement frappé

Jamais la COVID-19 n’a fait autant de ravages dans ces régions

La Pocatière
Photo d'archives, Didier Debusschère Le centre-ville de La Pocatière, en janvier 2021. La région du Bas-Saint-Laurent enregistre des bilans élevés de décès liés à la COVID-19 depuis le début de l’année.

Coup d'oeil sur cet article

Les régions de l’Est-du-Québec sont durement touchées par la 6e vague de la COVID-19, alors qu’elles n’ont jamais eu autant d’hospitalisations et de décès liés au virus en si peu de temps, à l’approche de Pâques.

Le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et la Côte-Nord sont visiblement devenus l’épicentre de la pandémie au Québec depuis quelques semaines. 

En date de jeudi, leur taux de cas actifs était le plus élevé dans la province, et de loin, avec respectivement 727, 812 et 746 cas par 100 000 habitants, selon l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) (voir plus bas).

La situation est particulièrement inquiétante du côté du Bas-Saint-Laurent, qui est en voie de connaître son mois le plus meurtrier depuis le début de la crise sanitaire.

En deux semaines, déjà 17 décès ont été recensés, comparativement au triste record établi en janvier dernier de 21 victimes en un mois.  

Les hospitalisations atteignent d’ailleurs un seuil critique de 75 malades dans la région, alors que le nombre maximum de lits prévu est de 70, selon ce que rapportait Radio-Canada le 8 avril dernier.

Relâchement généralisé 

« Ces régions-là ont été moins atteintes par les vagues précédentes, donc il y a une certaine immunité qui n’a pas pu se faire », explique le Dr Jacques Lapierre, virologue à la retraite. 

Le variant plus contagieux est arrivé dans un secteur qui a été épargné jusqu’à présent, au moment où on diminue les mesures et où un faux sentiment de sécurité règne, souligne-t-il.

Il craint que cette hausse se transporte bientôt vers les grands centres. « On a un peu abandonné, comme si la COVID-19 n’existait plus. On a tout relâché en même temps », déplore le Dr Lapierre.

La professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal Roxane Borgès Da Silva est du même avis.  

Cette dernière précise que la propagation du virus est beaucoup plus importante que ce qu’on croit puisque de plus en plus de personnes se testent à la maison, sans nécessairement déclarer leur résultat.

Prudence à Pâques ! 

Les deux experts affirment que le long week-end de Pâques risque d’avoir des répercussions importantes dans la propagation de la COVID-19, comme lors de chaque fête où les rassemblements sont courants. 

« Il y a une telle lassitude pandémique que je crains que les gens ne respectent pas les consignes de s’isoler au moindre symptôme ou pendant 10 jours lorsque l’on contracte le virus », estime Mme Borgès Da Silva. 

« La COVID n’a pas disparu ! Il faut s’assurer de mettre le plus de barrières entre elle et nous », prévient le Dr Lapierre, rappelant l’importance des trois doses de vaccin, ou quatre quand c’est possible, et dénonçant la levée du masque à la fin avril. 

Taux de cas actifs pour 100 000 habitants    

  • Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine : 812 
  • Côte-Nord : 746 
  • Bas-Saint-Laurent : 727  
  • Chaudière-Appalaches : 523 
  • Mauricie et Centre-du-Québec : 519 
  • Saguenay—Lac-Saint-Jean : 484  
  • Capitale-Nationale : 415 
  • Laurentides : 382 
  • Abitibi-Témiscamingue : 378 
  • Montérégie : 327 
  • Estrie : 324 
  • Lanaudière : 310 
  • Montréal : 303 
  • Laval : 298 
  • Outaouais : 243   

Source : Institut national de santé publique du Québec.
Données en date de jeudi. Les taux de cas actifs reflètent uniquement les cas dépistés en laboratoire.

Évolution du nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19 

CÔTE-NORD


GASPÉSIE–ÎLES-DE-LA-MADELEINE


BAS-SAINT-LAURENT

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.