/finance
Navigation

Des centaines de dollars de plus pour déménager

Le prix du carburant et la pénurie de main-d’œuvre sont notamment en cause

GEN - PIERRE-OLIVIER CYR DU CLAN PANNETON
Photo d’archives, Martin Alarie Pierre-Olivier Cyr, le copropriétaire du Clan Panneton, est photographié dans son entrepôt de la rue Mullins, en juin 2021.

Coup d'oeil sur cet article

Les résidents du grand Montréal qui feront appel à des professionnels pour déménager dans les prochains mois devront composer avec une facture bien plus gonflée que l’an passé, comme l’inflation continue de faire des ravages.

• À lire aussi: Un budget fédéral «axé sur le logement» bien accueilli par Montréal

• À lire aussi: Budget fédéral 2022: un «effort national» pour atténuer la crise du logement

Selon les besoins, il peut coûter entre 110 $ et 180 $ l’heure pour compter sur deux ou trois déménageurs ainsi qu’un camion. 

Cela s’explique par des hausses atteignant les 20 %, indiquent différentes entreprises consultées par Le Journal.

Ces tarifs sont essentiellement dus à l’explosion des prix du matériel et du carburant, affectés par la guerre en Ukraine. 

« On paie 40 % de plus une caisse de tape qu’avant la pandémie », cite en exemple Karolane Brault, copropriétaire de Brault Déménagement.

Au Clan Panneton, on tente pour le moment de garder les prix stables afin d’assurer une équité entre les citoyens qui ont payé avant et après l’inflation.

« C’est sûr et certain que si la situation au niveau de l’essence ne s’améliore pas, on va être obligé de changer la tarification en janvier prochain [pour la prochaine saison] », fait valoir le copropriétaire Pierre-Olivier Cyr.

Difficile d’embaucher

Les entreprises de déménagement doivent par ailleurs augmenter leurs salaires en raison de la pénurie de main-d’œuvre persistante et pour répondre à la forte demande de la clientèle.

« Ça devient beaucoup plus compétitif. Nous autres, maintenant, on offre les repas à nos employés pour les attirer et les garder. Des fois, pour un dollar de plus l’heure, ils vont aller travailler ailleurs », illustre Karolane Brault.

« Les salaires sont nos plus grandes dépenses, ajoute Mario Bulimi, copropriétaire de Déménagement Laval et Rive-Nord. Ce n’est pas du travail très plaisant non plus, alors ce n’est pas facile de trouver des gens qui vont travailler pour moins de 22 $, 24 $ de l’heure. »

Plus d’évictions

Pendant ce temps, le profil des clients change peu à peu. 

Dans le grand Montréal, environ 40 % des appels au Clan Panneton proviendraient de citoyens évincés de leur logement. 

Ce serait au moins le quadruple par rapport aux années précédentes.

« Il y a énormément de personnes qui nous appellent pour nous dire : “Écoutez, j’ai besoin d’un déménageur, le problème, c’est que je ne sais pas où je m’en vais” », relate Pierre-Olivier Cyr.

Ces conditions risquent de créer un gros embouteillage dans les unités d’entreposage, puisque certains citoyens y déposent des biens pour une période indéterminée, pointe M. Cyr.

Son entrepôt de 100 000 pieds carrés sera rempli à plus de 120 % d’ici juin.

SORTEZ LE CHÉQUIER 

Les différentes offres 

  • 80 $/heure, camion de 20 pieds avec chauffeur, équipement de protection 
  • 110 $/heure, camion de 20 pieds, 2 déménageurs 
  • 180 $/heure, camion de 20 pieds ou 26 pieds, 3 déménageurs 
  • 275 $/heure, camion de 40 pieds, 6 déménageurs  

Sources : Déménagement Laval et Rive-Nord, Clan Panneton, Tandem Transport

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.