/entertainment/tv
Navigation

Nostalgie télé: Micheline Bernard et l’amour du rire

Théâtre Licorne
Photo d'archives, Chantal Poirier L'actrice Micheline Bernard

Coup d'oeil sur cet article

La comédienne Micheline Bernard a fait rire bien des jeunes en incarnant la psychologue Jocelyne Letendre dans la populaire série jeunesse Radio Enfer. Durant son enfance et son adolescence, elle aussi avait obtenu sa dose de rires, mais avait vécu bien d’autres émotions. Retour sur des années télé fastes.

• À lire aussi: Nostalgie télé: Virginie Ranger-Beauregard entre le Québec et les États-Unis

• À lire aussi: Une deuxième saison encore plus «mordante» pour la comédie «Le bonheur»

Micheline, quelles émissions jeunesse vous ont marquée, et pourquoi ?

Il y en a beaucoup, mais parmi les toutes, toutes premières, il y avait Maman Fonfon. Ce sont des impressions qui me restent. Je devais avoir 2, 3 ou 4 ans. Je me souviens de l’air de la chanson parce que ma mère nous la chantait de temps en temps. Je regardais ça avec ma sœur Suzanne, qui avait deux ans de plus que moi. Il y avait aussi Pépinot. Je pense que ce sont des émissions qui m’ont marquée parce que tout à coup, l’imaginaire rentrait en jeu. Je n’avais jamais vraiment vécu ça. Je voyais que ce n’était pas comme dans la vraie vie, ça m’amenait ailleurs.


Quels sont vos plus beaux souvenirs télé liés à l’enfance ?

C’est quand j’étais un peu plus vieille : Capitaine Bonhomme à Télé-Métropole. Ma mère avait un salon de coiffure dans l’appartement, alors il y avait des femmes qui y travaillaient et d’autres qui s’occupaient de nous, et quand je revenais de l’école à 4 heures, toutes venaient jeter des coups d’œil à l’émission. Tout le monde riait.


Regardiez-vous beaucoup la télé lorsque vous étiez toute jeune ?

Oui, beaucoup. Il y a tellement d’émissions qu’on regardait, ma sœur et moi. Dans mes beaux souvenirs, mais j’étais un peu plus vieille, il y avait La vie qui bat, parce que c’était autre chose complètement. Guy Provost animait cette émission éducative. Ça parlait de la nature, des animaux. Dans ce temps-là, je devais avoir 8, 9 ou 10 ans. C’était très intéressant et Guy Provost était tellement beau. Quel acteur incroyable, quel homme formidable !


Y a-t-il un personnage qui vous a influencée ?

J’aimais beaucoup Marie Quatre Poches et Bobinette. Elles faisaient des coups. En même temps, Marie Quatre Poches était habile et frondeuse. Plus vieille, vers 17 ou 18 ans, encore avec la gang de femmes qui travaillaient chez nous, on aimait regarder les téléromans. Dans Quelle famille!, j’étais en amour avec Robert Toupin, on voulait toutes ressembler à Ghislaine Paradis. Pour une des rares fois, l’émission traitait des problèmes qu’on rencontrait.


Dans beaucoup d’émissions que vous aimiez, il y avait de l’humour...

Oui. J’aimais rire, mais j’aimais surtout voir les gens rire. Mon grand plaisir, c’était de voir ma mère, qui adorait le cinéma, regarder un film à la télé. Je la revois à la machine à coudre, alors qu’elle regardait un film avec nous. Elle pleurait, elle riait, elle se choquait... Ça me fascinait. Je comprenais à quel point on pouvait brasser les gens.


  • Micheline Bernard émeut dans la série Léo, dont la quatrième saison sera offerte dès le 2 juin sur Club illico, et fait rire dans la comédie Entre deux draps proposée par la chaîne Noovo.
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.