/news/transports
Navigation

Un défi de trouver une Communauto

L’indisponibilité des voitures se fait sentir à Pâques

Un défi de trouver une Communauto
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Des usagers du service d’autopartage Communauto tapent du pied devant le problème d’indisponibilité des véhicules, qui étaient presque impossibles à louer pendant le week-end pascal.

• À lire aussi: Pénurie de véhicules neufs: Communauto en souffre aussi

«Il faut toujours jouer du coude et croiser les doigts pour avoir une voiture», déplore Jordane Samure, une résidente du quartier Rosemont, à Montréal.

Après s’être abonnée au service d’autopartage Communauto à l’automne 2020, elle a trouvé que celui-ci n’était pas aussi fiable qu’elle l’avait anticipé.

À l'occasion de la longue fin de semaine de Pâques, par exemple, elle n’a «même pas pensé» à louer une voiture.

«Si tu veux ta voiture pour cette fin de semaine, tu la book un mois d’avance. C’est un comportement de prédation qui est généré par le manque de disponibilités et c’est tout à fait contraire au principe d’autopartage», croit-elle.

Le Journal a constaté d'ailleurs, hier, qu’il n’y avait pratiquement plus aucune voiture offerte en location et que les véhicules «Flex», en libre-service, se faisaient très rares sur l’île de Montréal.

Eileen Henriot, qui utilise Communauto depuis six ans, affirme avoir vu la disponibilité des voitures se détériorer dans les dernières années.

«Il y a de plus en plus d’utilisateurs, et la flotte n’a pas suivi», dénonce-t-elle.

«Le fait qu’ils manquent de concurrence, c’est terrible», ajoute-t-elle.

Raphael Balzan, qui réside à Montréal, estime toutefois qu’il y a encore plus d’avantages que d’inconvénients à être abonné à Communauto. Il dit économiser 250$ par mois par rapport à un paiement de voiture.

«Il faut vraiment réserver d’avance pour le week-end», remarque-t-il. 

Nouveaux véhicules

De son côté, l’entreprise Communauto est consciente du problème, qui lui est déjà soulevé à l’interne par ses abonnés.

«Aujourd’hui, le problème c’est l’approvisionnement des véhicules et la croissance de nos abonnés», deux fois plus élevée qu’avant la pandémie, affirme Marco Viviani, vice-président.

En novembre 2021, Communauto a commandé 1300 nouveaux véhicules. 

Ceux-ci doivent arriver cet été, mais il est encore possible que ce délai soit repoussé, indique M. Viviani. 

«Si on est capable de rentrer tous ces véhicules, je crois que ce sera plus facile cet été», soutient-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.