/finance/business
Navigation

Restauration à Québec: dégâts limités sur les rues commerçantes

restaurant Chic Alors ! Cap Rouge Quebec
Photo courtoisie Hugues Philippin, propriétaire du restaurant Chic Alors

Coup d'oeil sur cet article

En restauration, le pire semble avoir été évité sur les rues commerçantes de Québec durant la pandémie, mais de vives inquiétudes persistent pour l’avenir.

• À lire aussi: Plus de 800 restaurants ont fermé pour de bon dans la dernière année au Québec

• À lire aussi: La fin d’un chapitre pour un réfugié devenu restaurateur à Québec

• À lire aussi: Le «traiteur des stars» chef dans une résidence pour aînés

Dans la Capitale-Nationale, l’Association Restauration Québec (ARQ) calcule qu’il s’est perdu 292 permis de restauration en deux ans, de Portneuf à Charlevoix.

À Québec même, malgré plusieurs fermetures d’établissements qui ont marqué les esprits, l’impression qu’il aurait pu y en avoir beaucoup plus et un certain soulagement se dégagent sur les rues commerçantes, a constaté Le Journal en parlant à sept associations marchandes.

«Les dommages ont été limités», affirme Bruno Salvail, directeur de la SDC Maguire, qui dénombre un seul restaurant disparu en lien avec la crise sanitaire sur l’artère.

Selon lui, «le désastre a été évité par la résilience, la débrouillardise des restaurateurs, mais aussi par la population qui les a soutenus.»

Son de cloche similaire dans le Vieux-Port de Québec. «Tout le monde a résisté et tient le coup», rapporte Richard Samson, à la tête de l’association des gens d’affaires.

«C’est grâce à des initiatives qu’on a prises, conjointement avec la Ville de Québec», soutient-il.

Pas sortis de l’auberge

Les aides gouvernementales ont aidé les commerçants à se maintenir à flot. Or, ces programmes viennent à échéance pour la plupart, ce qui suscite de vives craintes.

«Il faut rembourser un prêt qui ne nous a rien amené en valeur ajoutée. [...] Il ne faut pas que ça devienne une épée de Damoclès», demande à Lévis le propriétaire de la microbrasserie Le Corsaire, Martin Vaillancourt.

L’impact définitif de la pandémie risque de se dévoiler dans les prochains mois, selon Hugues Philippin, propriétaire du restaurant Chic Alors! et président du CA de l’ARQ.

«On est un peu en wait and see. Moi, j’ai une vision un peu pessimiste des prochains mois», admet-il, citant les enjeux de main-d’œuvre et l’explosion des frais d’exploitation.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.