/finance/business
Navigation

Du pot québécois pour les Ontariens

L’entreprise ROSE ScienceVie va étendre ses racines dans un nouveau marché

Davide Zaffino & Valentine Vaillant
Photo Pierre-Paul Poulin Le président et chef de la direction de ROSE ScienceVie, Davide Zaffino, et la cheffe des affaires commerciales, Valentine Vaillant, posent devant des centaines de plants de cannabis, dans les installations de l’entreprise situées à Huntingdon, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

Fournisseur de la Société québécoise du cannabis (SQDC), l’entreprise ROSE ScienceVie souhaite maintenant prendre des kilos sur le marché de l’Ontario, ces prochaines semaines. Des ententes ont été signées avec des détaillants.

• À lire aussi: La consommation de cannabis en hausse chez les adultes, en baisse chez les mineurs

• À lire aussi: La bouffe à base de cannabis débarque à la SQDC

«Notre objectif est de continuer notre croissance. [...] On va lancer nos premiers produits en Ontario au mois de mai», indique au Journal Valentine Vaillant, cheffe des affaires commerciales. «Nous sommes ouverts aux autres provinces», ajoute-t-elle, précisant que la priorité demeure le Québec.

Motus et bouche cousue toutefois sur le nom des éventuelles partenaires d’affaires. La direction promet de faire bientôt des annonces concernant la percée de ce pot du Québec chez nos voisins de l’Ontario. 

ROSE peut produire par an entre «3500 et 5000 kilos de cannabis» dans ses installations de Huntingdon, en Montérégie. L’établissement de 55 000 pieds carrés a ouvert en 2020 et a nécessité des investissements de 25 millions $. 

ROSE, qui commercialise une cinquantaine de produits, compte présentement comme seul client la SQDC. La compagnie est également à la tête depuis 2020 d’un collectif de microproducteurs de cannabis sous la marque DLYS, qui regroupe 13 entreprises en sol québécois.

Ce projet consiste à aider les plus petits joueurs du milieu, qui produisent de façon artisanale, à se tailler une place à la SQDC, alors que l’engouement pour les produits locaux a bondi durant la pandémie.

«Nous essayons d’aider les plus petits fournisseurs à commercialiser leurs produits [...] afin qu’ils puissent survivre dans ce marché», affirme Davide Zaffino, président et chef de la direction.

Depuis 2016

L’aventure de ROSE a commencé en 2016. Quatre ans plus tard, soit en avril 2020, la direction obtenait ses licences de Santé Canada. 

«Nos parts de marché représentent, aujourd’hui, environ 10 % des ventes à la SQDC», mentionne Mme Vaillant. Pour son dernier trimestre, la société d’État a déclaré des revenus de 190,5 millions $, soit l’équivalent de 34 582 kg.

Nouvel actionnaire

Puis en 2021, le géant américain Village Farms International a cogné à la porte de ROSE. L’entreprise qui se spécialise dans l’agriculture a injecté 46,7 millions $ en échange de 70 % de l’actionnariat. 

Le siège social est demeuré au Québec et tous les employés sont restés dans l’organisation, précise la direction. 

«Pour nous, il n’y a rien qui a changé. Nous avons conservé nos racines au Québec. C’est toujours bon d’avoir un partenaire qui est public. Si nous avons besoin d’argent, nous avons un grand frère», répond M. Zaffino.

Les autres propriétaires de la compagnie sont les cofondateurs M. Zaffino et le chef des opérations, Brian D. Stevenson. Depuis 2016, environ 56 millions $ ont été injectés dans ROSE pour appuyer sa croissance.

Si la demande continue de grimper, la direction dit être en mesure de grossir rapidement ses installations à Huntingdon. L’ensemble du site du groupe est d’une superficie de 700 000 pieds carrés.

Pas de comestible

Ces derniers jours, la SQDC a accueilli sur ses tablettes ses premiers produits prêt-à-manger à base de pot. Ils proviennent de la multinationale Tilray Brands, qui est justement un partenaire de ROSE. L’entreprise d’ici a souligné avoir collaboré au déploiement de ce nouveau produit.

Pour l’heure, ROSE n’a toutefois pas l’intention de produire de la nourriture.


Ces dernières années, la SQDC a indiqué à plusieurs reprises qu’elle souhaitait faire plus de place aux producteurs de cannabis québécois. Aujourd’hui, on retrouve 17 producteurs d’ici sur un total de 32.

ROSE ScienceVie   

  • Fournisseur de la SQDC   
  • 74 employés   
  • 2016 : année de fondation   
  • Commercialise une cinquantaine de produits   
  • Production à Huntingdon. La compagnie a aussi un bureau à Montréal.     
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.