/news/society
Navigation

Tourisme: fort engouement pour la Vieille Capitale

Coup d'oeil sur cet article

Après deux années au ralenti, la prochaine saison touristique s’annonce achalandée à Québec alors que l’intérêt des Américains pour la destination est en nette augmentation.

• À lire aussi: Toujours 1500 postes à pourvoir

Selon Robert Mercure, directeur de Destination Québec cité, l’engouement pour la province de Québec est à environ 75 % de ce qu’il était avant la pandémie dans les marchés du nord-est des États-Unis.

La même attitude devrait s’observer pour la Vieille Capitale. « Si on regarde la demande de New York et Boston, qui sont des énormes marchés pour nous, on est à la même demande que 2019 pour la ville de Québec. [...] La croissance, c’est 600 % plus d’intérêt à voyager que l’année passée », affirme-t-il.

« Et on dépasse la demande pour la ville de Québec par les Canadiens, versus 2019 », se réjouit-il.

Ces estimations basées sur l’analyse des recherches sur internet sont « très préliminaires » et donc à prendre avec des pincettes, précise-t-il.

« Mais les tendances, à date, pour commencer à planifier les voyages, sont extrêmement encourageantes, au point où, à notre avis, on va arriver à pleine capacité à la destination assez rapidement pour cet été », prédit-il.

Le défi sera de traduire ces intentions de vacances en réservations et en retombées sonnantes pour l’industrie, tout en naviguant avec la pénurie de main-d’œuvre, ajoute-t-il.

Destination sécuritaire

Selon M. Mercure, la ville de Québec est perçue comme étant une destination sécuritaire en raison de son haut taux de vaccination.

Pour les touristes hésitants à voyager hors du continent, elle est une option accessible facilement, par la route notamment, offrant une expérience de calibre mondial. La fin de l’obligation de présenter un test est une barrière de moins.

« Les signes préliminaires sont vraiment encourageants » en provenance de l’Europe et de l’Asie, soutient également M. Mercure.

Dans la bonne direction

Dans le quartier historique, le copropriétaire de l’Hôtel Clarendon, Michel Côté, s’attend aussi à un retour en force de la clientèle américaine, mais a moins d’attentes en ce qui concerne les Européens.

« Ça ne fait pas suffisamment longtemps que les tours opérateurs se sont remis à vendre », soulève-t-il.

Par ailleurs, l’achalandage québécois et canadien devrait continuer à être « très fort », selon lui.

« C’est positif. Notre mois d’avril a été très bon, notre mois de mars également. Ça indique qu’on s’en va dans la bonne direction », conclut-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.