/news/consumer
Navigation

Inflation: hausse abrupte de l’essence en un jour

Quebec
Photo Stevens LeBlanc L’essence a fait un bond de 0,14 $ dans les dernières heures ce mercredi à Québec. Le prix était à 1,89 $ et 1,90 $ au coin des rues Holland et Laurier.

Coup d'oeil sur cet article

Le prix du litre d’essence ordinaire est reparti à la hausse, aujourd'hui, à travers la province. Cette fois, les automobilistes ont dû encaisser à la pompe un bond d’entre 8 et 15 cents, dépendamment de leur région.

• À lire aussi: Inflation: l’inquiétude financière touche tous les âges

• À lire aussi: L’inflation a bondi de 6,7% au Canada, un record depuis 1991

Selon la Régie de l’énergie, le prix dans les stations-service montréalaises était de 1,919 $ le litre, aujourd'hui, et de 1,899 $ dans la Capitale-Nationale, comparativement à 1,834 $ et 1,749 $, la veille.

Cette hausse abrupte arrive alors que les réserves de pétrole brut plongent aux États-Unis, que les combats s’intensifient entre la Russie et l’Ukraine, et que l’inflation galopante n’augure rien de bon pour l’avenir. 

« Les seuls qui profitent de la situation sont les explorateurs et producteurs, ceux qui vendent le pétrole brut comme on en trouve en Alberta et dans les provinces atlantiques », a précisé Carol Montreuil, vice-président, Est du Canada, de l’Association canadienne des carburants (ACC). Ne cherchez pas ailleurs, les raffineurs et détaillants ne sont nullement en cause. » 

Ces derniers mois, les automobilistes ont dû absorber de fortes augmentations. On parle à Montréal d’un bond de 39,87 % le litre par rapport à la moyenne de 2021 (1,372 $) et de 39,94 % (1,357 $) à Québec.

Aujourd'hui, la marge des détaillants représentait 7 % à Montréal, comparativement à une moyenne de 5 % au cours des 52 semaines précédentes. Et les taxes représentaient 30 % du prix à la pompe.

Cette nouvelle hausse a tout de même été difficile à digérer pour certains. Au hasard d’un arrêt dans une station-service du boulevard Saint-Laurent à Montréal, nous avons été témoins d’un client enguirlandant un malheureux pompiste, impuissant devant cette énième explosion des prix du carburant.

Changement dans la recette

Selon CAA-Québec, cette situation s’expliquerait, en partie, par le passage de l’essence d’hiver à l’essence d’été chez les pétrolières. Chaque année, ce changement dans la recette aurait des impacts sur les prix à la pompe. 

« Ils doivent arrêter les raffineries, faire l’entretien des machines et changer les composantes de l’essence », avance la porte-parole, Andrée-Ann Déry. 

À l’instar du représentant de l’ACC, cette dernière ajoute que l’assaut de la Russie en Ukraine continue de se faire sentir sur les marchés pétroliers. Le pays de Vladimir Poutine est le troisième producteur mondial de pétrole.

Les conflits en Libye, en Arabie saoudite et au Yémen sont aussi en cause. 

« Les indicateurs pétroliers vont continuer à fluctuer en raison des tensions géopolitiques qu’on connaît présentement », prévient Mme Déry. 

  • Écoutez la chronique de Yves Daoust au micro de Richard Martineau tous les jours en balado ou en direct à 9h15 via l’app QUB et le site qub.ca :

Pas de baisse de taxe

Ces dernières semaines, rappelons que Québec a fermé la porte à l’idée de réduire, comme en Alberta et en Ontario, sa taxe sur l’essence afin de diminuer la pression sur le portefeuille des automobilistes.

Plusieurs records de prix à la pompe ont été enregistrés en 2022 à travers le pays, notamment à Montréal et à Québec.

Le gouvernement Legault est d’avis qu’une baisse de la taxe irait à l’encontre de ses cibles environnementales et profiterait aux pétrolières plutôt qu’aux consommateurs, puisqu’elles augmenteraient leur marge de profit.

Depuis le 1er avril, la suspension de la taxe provinciale sur l’essence en Alberta a permis aux automobilistes d’économiser environ 11 cents le litre. Du côté de l’Ontario, le rabais devrait être, dès juillet, de 5,7 cents le litre. 

En mars, Ottawa a demandé au Bureau de la concurrence de mettre sur pied des équipes afin de surveiller le marché et d’éviter qu’il y ait de la «collusion et des pratiques déloyales» avec les prix de l’essence. 

La flambée du prix à la pompe pourrait encore se poursuivre dans les prochaines semaines.  

Lors d’une récente entrevue au réseau CP24, le président de Canadiens pour l’énergie abordable, Dan McTeague, a prédit un prix de 2 $ le litre dans certaines régions canadiennes à partir de juin.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.