/news/currentevents
Navigation

Agression sexuelle: l’accusé a été atteint de sexomnie, selon un psychiatre

sexomnie
Photo Facebook Yannick Giguère 45 ans est accusé d'agression sexuelle sur une amie le 19 juillet 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Le photographe montréalais accusé d’avoir agressé sexuellement une amie après une soirée arrosée en 2018 était « probablement » atteint d’un épisode de sexomnie, selon un psychiatre légal.

• À lire aussi: Agression sexuelle: la sexomnie comme défense

Gestes mécaniques pendant l’acte, absences de souvenirs, épisodes similaires par le passé : ce sont les principales raisons qui mènent le Dr Pierre Gagné à croire que Yannick Giguère n’était pas conscient des gestes qu’il posait, a défendu l’expert jeudi au palais de justice de Montréal. 

Giguère est accusé d’avoir agressé une amie et ancienne fréquentation après une soirée dans un bar, en juillet 2018. 

La plaignante, qui dormait chez lui, se serait réveillée en pleine nuit alors qu’il se trouvait sur elle. Il aurait tassé sa petite culotte pour la pénétrer après avoir mis un préservatif. Selon elle, les gestes étaient machinaux et sans tendresse.

Somnambule

La sexomnie, que le photographe soulève comme défense, est un trouble du sommeil connu surtout depuis 2013 pendant lequel une personne somnambule adopte des comportements sexuels, a précisé le Dr Gagné.

Pour en arriver à sa conclusion, le psychiatre s’est fié à la version de l’accusé, rencontré une fois lorsqu’il a sollicité son expertise après avoir été arrêté, ainsi qu’à celle d’une de ses ex. Il a aussi demandé l’avis d’un neurologue spécialiste en trouble du sommeil, qui a considéré que les critères diagnostiques étaient satisfaits, peut-on lire dans le rapport déposé en preuve.

L’ex-conjointe de l’homme de 45 ans, dont l’identité est protégée par la Cour, a d’ailleurs affirmé devant le Tribunal qu’elle avait vécu « autour de 15 à 20 » événements de somnambulisme sexuel lorsqu’elle était en couple avec lui.

« On en avait parlé ouvertement avant même d’être un couple. Ça n’a pas été une surprise de vivre ces épisodes-là, je savais que ça pouvait arriver. [...] Quand je n’avais pas envie, je le réveillais », a ajouté la femme de 32 ans.

Différent

Pendant ces épisodes, Giguère agissait différemment d’une relation sexuelle lors de laquelle il était éveillé, a-t-elle relaté.

« Il n’y avait pas de préliminaires, pas de discussions. Son regard n’était comme pas là, vitreux, confus. Ce que je connaissais de notre intimité n’était pas présent. » 

En contre-interrogatoire, le psychiatre a aussi expliqué que la quantité d’alcool que l’accusé avait bu – environ trois pichets de sangria et des shooters – est l’un des facteurs qui pourraient déclencher un épisode de sexomnie, tout comme la fatigue et le stress.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.