/opinion/columnists
Navigation

Caribous: la CAQ s’en sacre!

Caribou écotype forestier
Photo d'Archives Le caribou forestier est en péril et Legault s’en sacre.

Coup d'oeil sur cet article

C’est vendredi, le Jour de la Terre. Un bon moment pour faire le bilan en environnement et en développement durable. Le résultat n’est pas toujours reluisant. 

Ottawa vient d’approuver un mégaprojet pétrolier. Québec ne fait rien pour contrer la disparition du caribou forestier. Ces deux dossiers vont bientôt trouver un drôle de terrain commun.

Sur les trois paliers de gouvernement, c’est seulement au municipal qu’il y a de l’espoir. À travers le pays, les gouvernements locaux et régionaux, qui sont aussi les plus proches des gens, mettent en œuvre un ensemble de projets prometteurs et défendent des dossiers environnementaux.

L’énorme projet pétrolier Bay du Nord, au large de Terre-Neuve-et-Labrador, est une honte nationale pour le Canada.

Au moment même où le secrétaire général des Nations unies demandait qu’il n’y ait plus de nouveaux projets d’énergie fossile, Trudeau et son ministre, l’ancien environnementaliste Steven Guilbeault, l’ont totalement ignoré.

François Legault et son infortuné ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, démontrent de leur côté que la protection de la biodiversité n’est pas une préoccupation pour le gouvernement de la CAQ.

Dufour a même eu le culot de blâmer les Premières Nations! Les choses iraient drôlement mieux si on suivait le précepte des Premières Nations voulant que l'on pense à l’effet de nos actions sur sept générations.

  • Écoutez Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Se refaire une image environnementale

Ottawa a fermé les yeux sur cette tragédie depuis des années. Alors, pourquoi cet engouement soudain pour l’application rigoureuse de la loi fédérale qui est censée protéger les espèces en péril?

C’est directement relié aux rebuffades qu’est en train de subir le gouvernement Trudeau à travers le Canada, à la suite de l’approbation de Bay du Nord.

Quoi de mieux, pour se refaire une image en environnement, que de se «pogner» avec une province pour sauver une espèce emblématique du pays?

Dufour avait promis de répondre à Guilbeault, mais, tout d’un coup, on apprend que ce n’est plus un dossier «forêt et environnement». C’est rendu aux Affaires intergouvernementales, soit Sonia LeBel à Québec et Dominic Leblanc à Ottawa. Les pauvres caribous!

La meilleure manière de s’assurer de la perte de cette espèce emblématique, c’est justement d’en faire une chicane constitutionnelle. Quelle désolation.

Les municipalités sur la ligne de front

Entre-temps, des municipalités comme Prévost, Mirabel et Sainte-Anne-des-Lacs représentent une nouvelle tendance. On ajoute des frais pour décourager le plastique. On se bat et on gagne, devant les tribunaux, contre les compagnies qui épandent des pesticides et contre le fléau du Publisac. Mais aller en cour pour défendre l’environnement coûte une fortune et la province n’est d'aucune aide.

Oui, les grandes villes comme Montréal et Québec font aussi du très bon travail en environnement. Mais lorsqu’elles doivent aller en cour, elles en ont les moyens.

Les développeurs immobiliers, notamment, n’hésitent pas à poursuivre s’ils sont insatisfaits d’une décision municipale à l’égard de leurs projets. Même lorsque la municipalité gagne, c’est souvent à un coût qui affecte son budget pendant des années.

Il est temps d’égaliser ces batailles de David contre Goliath en prévoyant une aide à ces municipalités qui sont sur la ligne de front pour la protection de la biodiversité au Québec.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.