/news/politics
Navigation

Négociations avec les médecins de famille: la «pompière» du gouvernement appelée en renfort

Lise Verreault
Photo d'archives Lise Verreault

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de la Santé a fait appel à sa spécialiste des dossiers épineux afin de dénouer l’impasse dans le dossier de l’accès aux médecins de famille.

Surnommée la «pompière» du gouvernement, l’ex-sous-ministre Lise Verreault s’est vu confier la résolution de nombreuses crises au cours des dernières années, tant sous les libéraux que sous la CAQ.  

Graves problèmes de gestion à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, industrie du taxi bouleversée par l’arrivée d’Uber, décès de Joyce Echaquan: c’est elle qu’on appelle quand la maison brûle.  

Cette fois, Mme Verreault sera responsable de mener les négociations avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) pour permettre un meilleur accès à un médecin de famille. 

Québec et les médecins de famille tentent notamment de s’entendre sur la prise en charge des patients par des professionnels de la santé autres que les omnipraticiens, par exemple des infirmières praticiennes spécialisées, explique le directeur des communications de la FMOQ, Jean-Pierre Dion. 

La question de la capitation, soit une rémunération basée sur le suivi d’un groupe de patients plutôt qu’à l’acte, fera également partie des discussions.  

Optimisme

De part et d’autre de la table de négociations, l’arrivée de Mme Verreault est vue d’un œil favorable. «C’est une femme respectée qui connaît la réalité des médecins de famille», souligne Jean-Pierre Dion.  

À titre d’ex-sous-ministre adjointe à la Santé, Lise Verreault avait déjà été responsable de négocier avec les fédérations médicales. Plus tôt dans sa carrière, elle avait également occupé le poste de PDG de l’Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent.  

D’ailleurs, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a récemment répété à plusieurs reprises que les négociations se déroulaient bien.  

Il s’agit d’un changement de ton significatif entre les deux parties. Lors de l’étude du projet de loi 11, récemment, la FMOQ avait qualifié les négociations des derniers mois de «dîner de cons».  

D’ailleurs, le projet de loi 11 demeure une pomme de discorde entre les deux parties, en parallèle des négociations. La FMOQ rejette la volonté de Québec, d’avoir accès aux plages de rendez-vous des omnipraticiens, malgré les amendements apportés récemment à la pièce législative.  

Officiellement retraitée, Lise Verreault ne chômera pas. En plus du dossier avec la FMOQ, le gouvernement Legault lui a confié le mandat de faire la lumière sur des allégations de gestion douteuse des fonds publics et de mauvais soins à la Régie régionale de la santé du Nunavik.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.