/finance
Navigation

Idole des Québécois, icône des annonceurs

Coup d'oeil sur cet article

Héros sur la glace, rebelle à l’extérieur, simple et abordable... Guy Lafleur a été aimé beaucoup, passionnément, à la folie par les Québécois. Et il est devenu une icône des annonceurs, à l’époque où la publicité connaissait un essor formidable.

Une image forte. À la fin des années 1970, alors que Montréal est l’une des plaques tournantes du disco avec New York, le Démon blond avait fait un lancement très suivi au bar Regine’s. 

Dans le glamour des seventies, Lafleur proposait toute une nouveauté, un disque qui présentait sa méthode pour apprendre le hockey accompagné par une musique disco. Un projet étonnant, mais au pinacle de sa popularité, le joueur pouvait se permettre toutes les excentricités. 

« La télévision prenait de plus en plus de place. Et Lafleur est rapidement devenu un incontournable. Il a accompagné les Québécois pendant plusieurs années », analyse Luc Dupont, professeur au Département de communication de l’Université d’Ottawa. 

Déjà au Tournoi pee-wee de Québec, il est annoncé comme une merveille. Puis, il trace sa légende, des Remparts de Québec jusqu’au CH où il devient un véritable mythe. Ses exploits sur glace, doublés par une personnalité simple et franche, attirent les annonceurs. 

« Il a vécu sa vie comme il le voulait. C’est un rebelle. Il n’était pas parfait et quand ça ne faisait pas son affaire, il le disait. On ne voit plus cela aujourd’hui dans le sport professionnel », assure M. Dupont. 

Les grandes marques se l’arrachaient

Rapidement, les grandes marques flairent le pouvoir d’attraction du joueur. La palette est large, car il prête son image aux équipementiers Bauer et Sherwood, qui vendent des bâtons de hockey, à Zellers puis au fabricant Chevrolet, qui vante sa Monte Carlo. Il va même vendre des yogourts Yoplait aux fraises.

« Oui, il a tracé la voie pour les autres joueurs comme Patrick Roy ou José Théodore, qui ont eu aussi beaucoup de publicité. Mais faut dire qu’à l’époque, c’était beaucoup moins payant », affirme Dupont.

Viendra le moment où il sera poussé à la retraite, « la grande trahison », et quelques années plus tard, où il fera son retour chez les Rangers et les Nordiques. 

« Sur ce plan-là, son retour à Québec, c’était absolument biblique, comme le serpent qui mord sa queue, c’était un retour aux origines. Ça avait permis d’oublier les saisons horribles des Nordiques. Il va même prendre Joe Sakic sous son aile, comme un mentor », rappelle Dupont. 

image masculine forte

À l’époque du grand retour dans la Vieille Capitale, le joueur lance une boisson énergétique, Flower Power, au moment où Gatorade occupe tout ce marché.

La boisson n’existe plus aujourd’hui, mais lors des quatre premiers mois, 50 000 caisses vont s’écouler au Québec et dans les Maritimes. On parlait même d’une vague au Canada !

Après sa deuxième retraite, le Démon blond n’a pas eu peur de prêter son image à des produits de santé, de la perte de cheveux jusqu’à la circulation sanguine. 

Le joueur avait même eu l’audace d’annoncer la petite pilule bleue, le Viagra. « On avait la même stratégie au Brésil avec le grand joueur de soccer Pelé. On voulait là aussi une image masculine forte. »

Guy LafleurGuy Lafleur | 1951-2022
30 mars 1991 - Ovation pour Guy Lafleur lors de son dernier match a vie au Forum dans l'uniforme des Nordiques. Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur durant ses années avec Le Canadien Bruce Bennett Studios via Getty Images
Guy Lafleur André Toto Gingras LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI
Le club de hockey Canadien présente les récipiendaires des prix d’excellence et du mérite Guy-Lafleur pour 2017-2018 CHANTAL POIRIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Guy Lafleur lors du dernier match de sa tournée d'adieu au Centre Bell, le dimanche 5 décembre 2010. Sébastien St-Jean / 24Heures / Agence QMI
11 septembre 1971 - À la veille de son premier camp d'entrainement avec le Canadien de Montréal, pour la première fois Guy Lafleur en profite pour donner quelques coups de patin sur la patinoire du Forum. Sur la photo il est en compagnie de Jean Béliveau. Les archives / Le Journal de Montreal
Photo dédicacée de Guy Lafleur dans son uniforme des Remparts de Québec Courtoisie
Guy Lafleur dans le cadre de la soirée du retrait du numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Slush Puppie de Gatineau le mercredi 29 septembre 2021 MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Guy Lafleur et sa bannière dans le cadre de la soirée du retrait du numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Slush Puppie de Gatineau le mercredi 29 septembre 2021 MARTIN CHEVALIER / LE JOURNAL DE MONTRÉAL
Dernier match de Guy Lafleur avec les Nordiques de Québec, à Montréal le 30 mars 1991 Les archives / Le Journal de Montreal
Sculpture de Guy Lafleur en bronze Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur, Pee-Wee Collection Tournoi Pee-Wee de Québec, Fonds Photo Moderne
Guy Lafleur, Pee-Wee Collection Tournoi Pee-Wee de Québec, Fonds Photo Moderne
Guy Lafleur et les trophée Art Ross, Conn Smythe et Lester B. Pearson, Forum de Montréal, 1976 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur, alors membre de Team Canada, signe des autographes durant un entraînement pour la Coupe Canada, Montréal 1976 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur et le gardien de but Murray Bannerman #30 des Blackhawks de Chicago, Forum de Montréal 1980 Denis Brodeur / NHLI via Getty Images
Guy Lafleur et le gardien Mike Palmateer des Maple Leafs de Toronto Dick Darrell / Toronto Star via Getty Images
7 mars 1975 - Guy Lafleur devient le premier joueur de toute l'histoire du club Canadiens à atteindre les 100 points en une seule saison Lors d'une victoire de 8 à 4 contre les Capitals de Washington Les archives / Le Journal de Montreal
Guy Lafleur sur le banc durant un match (3) de finale contre les Bruins de Boston, Boston Gardens, 1977 Dick Raphael / Sports Illustrated via Getty Images
Annonce de la première retraite de Guy Lafleur Les Archives / Le Journal de Montréal
La LHJMQ retire le numéro 4 de Guy Lafleur au Centre Videotron de Québec, jeudi le 28 octobre 2021 STEVENS LEBLANC / JOURNAL DE QUÉBEC / AGENCE QMI

Lafleur, vedette des grandes marques

Aimé et admiré bien au-delà des frontières du Québec, Guy Lafleur était devenu l’un des sportifs préférés des annonceurs. Le joueur a prêté son image à plusieurs grandes marques.

BAUER ME DONNE L’AVANTAGE

Photo courtoisie, https://pucktavie.blogspot.com

Dans cette campagne publicitaire, l’équipementier Bauer s’est associé tout naturellement avec Lafleur. « Bauer me donne l’avantage », disait alors le Démon blond. 

UN TOUR D’AVANCE

Photo courtoisie, https://pucktavie.blogspot.com

Les constructeurs automobiles ont toujours fait partie des plus importants annonceurs. À la fin des années 1970, Chevrolet mise sur Lafleur, mettant de l’avant une image familiale... avec une voiture qui lui donnait « un tour d’avance ». 

SA COLLABORATION AVEC SHERWOOD

Photo courtoisie, https://pucktavie.blogspot.com

Une collaboration de plusieurs années avec le fabricant de bâtons de hockey originaire de Sherbrooke. Sur l’image, il partage la vedette avec Raymond Bourque. 

LA FRAISE DE LAFLEUR

Photo courtoisie, https://pucktavie.blogspot.com

Dans cette campagne pub, on peut voir un gros yogourt Yoplait et la fraise de Guy Lafleur, tignasse blonde bien éclairée. « Déguster Yoplait, c’est savoir bien se nourrir », affirmait le célèbre numéro 10. Pour un joueur de hockey, ça allait de soi ! 

LA FORCE DU FLOWER

Photo courtoisie, https://pucktavie.blogspot.com

Lafleur avait donné son nom à cette boisson lancée en pleine période Gatorade. Si le Flower Power n’est plus disponible sur nos tablettes, il a été un succès lors de son lancement, surtout au Québec et dans les Maritimes. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.