/finance/business
Navigation

Hydro-Québec verse plus de 30 millions $ en bonis

La société d’État reprend le versement de la rémunération incitative

Sophie Brochu
Photo Jean-Michel Genois Gagnon La PDG d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, en conférence de presse mardi du côté de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Après une pause d’un an en raison de la pandémie, Hydro-Québec renoue avec le versement des bonis à ses cadres et ses employés. Pour la cuvée 2021, la facture des primes atteint 30,62 millions $.

• À lire aussi: Hydro-Québec: l’électricité plus chère en périodes de pointe

• À lire aussi: Transition énergétique: une facture de 5 G$ par année

Selon des données fournies au Journal par Hydro-Québec, ce sont quelque 3500 salariés qui ont empoché en avril des primes de performance. 

Les cadres de direction et les hauts dirigeants ont reçu 6,57 millions $, dont 269 232 $ sont allés dans les poches de la PDG Sophie Brochu. Ce montant vient s’ajouter à son salaire de base, qui a été de 598 560 $.

Mardi, Mme Brochu était de passage dans la Capitale-Nationale comme conférencière dans le cadre d’un événement organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.

En raison de l’atteinte de leurs objectifs, le chèque des primes pour l’année 2021 pour les cadres (maîtrise et intermédiaires) a été de 13,9 millions $, celui pour le personnel professionnel et non régi a atteint 5,92 millions $, et celui pour le personnel régi par convention collective s’est élevé à 1,76 million $.

  • Écoutez Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :

« Outil efficace »

Hydro-Québec a également remis 2,47 millions $ en primes de rétention et de régimes particuliers. Il s’agit de bonis pour charmer et conserver des salariés.

La direction d’Hydro-Québec fait valoir que « la rémunération incitative est un outil efficace qui permet de mobiliser l’organisation autour d’objectifs. » 

« Ces objectifs sont choisis en fonction des priorités de l’entreprise, avance la porte-parole Caroline Des Rosiers. Hydro-Québec est une société qui est en concurrence avec les grandes entreprises privées lorsqu’il s’agit d’attirer les meilleurs talents. La rémunération incitative est d’ailleurs une pratique largement répandue dans les sociétés à vocation commerciale. »

À titre de comparaison, pour l’année 2019, soit avant la pandémie, 30,24 millions $ avaient été distribués en primes à travers les différentes divisions du fournisseur d’électricité des Québécois, et 29,58 millions $ l’année précédente.

Historiquement généreux

L’an dernier, Hydro-Québec a réalisé un bénéfice net de 3,56 milliards $, en hausse de 1,26 milliard $. La société d’État a versé un dividende historique de 2,67 milliards $ au gouvernement.

Selon son dernier rapport annuel, en décembre, Hydro-Québec comptait 21 168 travailleurs avec des postes permanents ou temporaires.

En 2021, le compteur des heures supplémentaires a également tourné davantage chez le fournisseur d’électricité. La société d’État a versé près de 160 millions $, comparativement à 137,6 millions $ en 2020. 


Du côté de la Société des alcools du Québec, le montant des bonis devrait être dévoilé en juin. Chez Loto-Québec, la direction n’a toujours pas statué à savoir s’il y aura ou pas une rémunération incitative.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.