/sports/hockey
Navigation

Aréna de 5000 places: les Coyotes forcés de se défendre

L’organisation doit justifier l’idée de jouer les prochaines saisons dans un aréna de 5000 places

Arena Coyotes
Illustration courtoisie, Université Arizona States C’est dans cette configuration, présentée ci-dessus sous forme de maquette, que les Coyotes de l’Arizona doivent disputer leurs trois prochaines saisons. Il n’y aura que 5000 sièges dans l’aréna des Sun Devils de l’Université Arizona State.

Coup d'oeil sur cet article

GLENDALE | Lors des trois prochaines saisons, les Coyotes de l’Arizona disputeront leurs matchs locaux dans un aréna universitaire de 5000 places. Un projet qui soulève le doute aux quatre coins de la LNH, mais que l’organisation défend bec et ongles, en attendant de voir si son projet d’amphithéâtre à Tempe se concrétisera.

• À lire aussi: L’espoir d’un avenir meilleur

Pendant que la flamme de voir revivre le hockey de la Ligue nationale à Québec vacille, le circuit continue de tenir mordicus au marché de l’Arizona. 

Il s’agira du plus petit aréna pour une équipe de la LNH depuis que les Quakers de Philadelphie évoluaient dans un édifice de 4000 places, lors de la saison 1930-1931. 

Au terme de la présente saison, ce sera la fin du bail tumultueux entre les Coyotes et la Ville de Glendale (au nord-ouest de Phoenix). Le mégaprojet à Tempe (à l’est de Phoenix), de l’ordre de 1,7 milliard $ et qui inclurait un aréna de 16 000 places, des restaurants, des commerces, des hôtels et des condos, n’a toujours pas obtenu l’aval du conseil municipal. L’équipe espère que ce sera le cas d’ici l’été.

Les Coyotes tentent actuellement de faire approuver les plans pour leur mégaprojet de développement à Tempe, qui inclurait leur futur amphithéâtre de 16 000 places.
Illustration courtoisie, Coyotes de l'Arizona
Les Coyotes tentent actuellement de faire approuver les plans pour leur mégaprojet de développement à Tempe, qui inclurait leur futur amphithéâtre de 16 000 places.

Pas maîtres chez soi

Sans autre option viable dans les environs pour les prochaines campagnes, les Coyotes se sont tournés vers l’Université Arizona State, à Tempe, qui construit un nouvel aréna pour ses Sun Devils. 

Dans cet aréna actuellement en construction, ils ne seront pas les principaux tenanciers. Les Sun Devils disputeront 24 matchs à domicile la saison prochaine. Un simple coup d’œil à leur calendrier permet de constater qu’ils occuperont plusieurs week-ends, notamment cinq de suite, du 30 décembre au 28 janvier. Voilà qui réduit le choix des cadeaux pour les Coyotes.

Recul nécessaire

Les deux organisations vont se partager les lieux et les Coyotes doivent assurer la construction, au coût de 20 millions $, d’une annexe pour leurs vestiaires et autres locaux afin d’être conformes aux exigences de la LNH. Une annexe qui ne devrait pas être complétée avant décembre et qui forcera l’équipe à un long exil sur la route en début de saison.

Arena Coyotes
Illustration courtoisie, Coyotes de l'Arizona

« Pour devenir ce que nous pouvons devenir avec notre projet à long terme à Tempe, il faut accepter de faire temporairement un pas en arrière », a mentionné Shane Doan en entrevue avec Le Journal, à Glendale, lors des matchs du week-end.

Nommé en janvier 2021 chef du développement hockey de l’équipe, après 21 saisons comme joueur dans l’organisation, Doan se dit conscient que la situation particulière sera tournée au ridicule.

« Je ne suis pas aveugle ni idiot. Je sais que ce sera différent, mais regarder un match dans cet aréna sera une expérience comme nulle part ailleurs dans la ligue. On comprend bien sûr que c’est une situation qui va créer une commotion », a-t-il ajouté.

Joueurs préoccupés

Évidemment, plusieurs au sein du circuit Bettman, qu’il s’agisse de dirigeants ou de joueurs, craignent des pertes économiques importantes. Si l’Association des joueurs n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevue, quelques agents se montrent pour le moins sceptiques par rapport au domicile temporaire des Coyotes.

« On me dit que c’est un sujet qui commence à faire jaser beaucoup dans les vestiaires. Les gars se demandent pourquoi un aréna de 5000 places et qui va payer au bout de la ligne. Si on partage les revenus, pourquoi on n’a aucun pouvoir décisionnel ? Ça commence à jaser pas mal », a confié Erik Lupien.

« Les échos que j’ai, c’est qu’il y a des gars qui ne veulent pas aller jouer là. Ils ne veulent pas se faire échanger en Arizona ou signer comme agents libres s’ils sont pour jouer dans un aréna universitaire », a renchéri Philippe Lecavalier, qui s’est toutefois empressé d’amener un bémol.

« Je pense que personne ne fait exprès d’être dans cette situation. Il y a des gens intelligents qui travaillent dans la LNH et qui sont là pour le bien de la ligue. C’est facile de faire nos gérants d’estrade. Est-ce que ça fait mon affaire ? Non ! Est-ce que ça fait l’affaire des joueurs ? Non ! Mais peut-être qu’à court terme c’est vraiment la meilleure solution. »

Des prix qui font sourciller  

Jeudi dernier, les Coyotes ont dévoilé leur fourchette de prix pour les billets en vue de leur première campagne dans leur aréna controversé.

Le billet de saison le moins dispendieux se vendra au coût de 3649 $, soit une moyenne de 89 $ par match. Le plus cher, lui, sera disponible pour 14 350 $, soit une moyenne de 350 $ par rencontre. Rien pour assurer que les 5000 sièges soient remplis.

En attendant, les Coyotes ne peuvent qu’espérer un dénouement positif à Tempe concernant leur projet d’amphithéâtre qui ouvrirait ses portes en 2025. Déjà, quelques obstacles se dressent. L’aéroport de Phoenix, situé à une dizaine de minutes de Tempe, s’est prononcé contre le projet puisqu’il estime que la phase de construction entraînerait des pertes de 21,5 M$ par année en plus d’impacter le trafic aérien.

Selon différents échos sur place, le conseil municipal serait partagé quant au projet. La Ville a laissé savoir qu’elle ne commentera pas le dossier d’ici à sa conclusion. 

Comprendre la comorbidité

Un aréna petit format   

Les Coyotes de l’Arizona disputeront leurs trois prochaines saisons dans le futur aréna de l’université Arizona State. Avec ses 5000 sièges, il s’agirait du deuxième plus petit amphithéâtre dans l’histoire pour une équipe de la LNH et certainement du plus petit dans l’ère contemporaine.
Illustration courtoisie, Université Arizona State
Les Coyotes de l’Arizona disputeront leurs trois prochaines saisons dans le futur aréna de l’université Arizona State. Avec ses 5000 sièges, il s’agirait du deuxième plus petit amphithéâtre dans l’histoire pour une équipe de la LNH et certainement du plus petit dans l’ère contemporaine.

En élisant domicile dans un aréna de 5000 places pour les trois prochaines saisons, les Coyotes de l’Arizona se retrouveront dans une situation inédite pour la LNH. Voici le portrait de leur demeure temporaire en quelques chiffres.

  • L’aréna comportera 20 loges corporatives, tandis que la plupart des arénas de la LNH en comptent autour d’une centaine. 
  • Construction au coût de 120 millions (US) 
  • Capacité d’accueil moins grande que la moitié des arénas de la Ligue junior de l’Ontario 
  • 12 équipes de la Ligue américaine de hockey ont des moyennes de spectateurs par match plus élevées 
  • La seule équipe de la LNH qui aurait vécu dans un aréna partagé avec une équipe de la NCAA serait les Bruins de Boston, de 1924 à 1928 
  • 0 $ en droits d’identification de l’aréna, puisque ces droits appartiennent à l’Université Arizona State 
  • En 2021-22, la moyenne de 11 513 spectateurs aux matchs des Coyotes est la troisième plus faible de la ligue derrière Ottawa (8850) et Buffalo (9835) 

Les foules aux matchs des Coyotes depuis leurs débuts en Arizona :

À Phoenix  

  • 1996-1997 : 15 585   
  • 1997-1998 : 15 404   
  • 1998-1999 : 15 547   
  • 1999-2000 : 14 991   
  • 2000-2001 : 14 224   
  • 2001-2002 : 13 165   
  • 2002-2003 : 13 229      

À Glendale  

  • 2003-2004 : 15 467   
  • 2004-2005 : Lockout   
  • 2005-2006 : 15 582   
  • 2006-2007 : 14 988   
  • 2007-2008 : 14 820   
  • 2008-2009 : 14 875   
  • 2009-2010 : 11 989   
  • 2010-2011 : 12 188   
  • 2011-2012 : 12 421   
  • 2012-2013 : 13 924   
  • 2013-2014 : 13 776   
  • 2014-2015 : 13 345   
  • 2015-2016 : 13 350   
  • 2016-2017 : 13 095   
  • 2017-2018 : 13 041   
  • 2018-2019 : 13 989   
  • 2019-2020 : 14 606   
  • 2020-2021 : COVID-19   
  • 2021-2022 : 11 513   
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.