/sports/opinion/columnists
Navigation

Un match sans éclat

Coup d'oeil sur cet article

Le CF Montréal a continué sa belle séquence en amassant au moins un point dans un cinquième match consécutif. Et il a réussi le tout contre la meilleure formation de l’Association de l’Est, l’Union de Philadelphie, une équipe qui avait déjà fait l’étalage de toutes ses habiletés un peu plus tôt dans la saison.

Même si le CF Montréal avait échappé ce premier duel, à Montréal, 2 à 1, il s’est bien repris en allant gruger un point au domicile de l’Union, en obtenant un match nul de 1 à 1.

Philadelphie est, saison après saison, un club qui se tient toujours près du sommet dans l’Est. Il s’agit d’une équipe sérieuse qui est toujours en mesure de remporter ses duels. Mais les hommes de Wilfried Nancy ont pu garder leur momentum en grappillant un point.

Je ne veux pas employer le mot « plate » pour décrire cette partie, mais il n’y avait presque pas de changements de rythme. Elle manquait de dynamisme. Tous les joueurs semblaient fatigués. Ce fut un match très lourd sans que je puisse vraiment pouvoir l’expliquer, surtout du côté de l’Union, qui jouait à la maison.

À l’avantage du CF Montréal

Cependant, tout ça a joué en faveur du onze montréalais et ça a aidé des joueurs comme Victor Wanyama et toute la défense en général puisque les mouvements de ballon étaient très lents. Les deux équipes effectuaient des passes sans dosage approprié et sans dynamisme. Elles gardaient leur position, mais n’avaient aucune efficacité vers l’avant, avec des joueurs plutôt en périphérie. Au final, ce ne fut pas une journée au bureau très compliquée pour les deux gardiens.

Ç’aurait dû être un match où un joueur comme Djordje Mihailovic aurait pu avoir un plus grand impact. Même si nous savons qu’il est en mesure de le faire, ça ne s’est pas tout à fait matérialisé puisqu’il était surveillé de près par José Martinez. Lassi Lappalainen aurait pu lui aussi profiter de ce genre de duel pour utiliser sa vitesse et ses habiletés avec le ballon. Néanmoins, encore une fois, il n’a que bien peu été impliqué, sans efficacité, sans finition.

Kamara, la bougie d’allumage

Bien peu de joueurs sont ressortis du lot lors de ce match. Le seul membre de l’équipe québécoise qui a brillé un tant soit peu en raison de son enthousiasme contagieux, de sa mobilité et de son énergie, ce fut Kei Kamara, qui est entré en deuxième demie. Et ce n’est pas uniquement en raison de son but.

Kamara a toujours été présent et a offert de bonnes options à ses coéquipiers. C’est quelque chose qu’on voit normalement de la part de Romell Quioto. Mais comme tous les autres, le Hondurien a été très effacé et n’a pas été aussi dangereux qu’à son habitude. Il a été à l’image de la rencontre en n’étant pas trop impliqué.

L’Union effacé

Du côté de l’Union, seul Martinez s’est démarqué. Personne ne méritait vraiment la victoire et ce ne fut pas un match très plaisant pour l’œil.

L’Union n’a pas pris avantage lorsqu’il a réussi à prendre possession du ballon dans la zone montréalaise. En raison de mauvaises touches, de mauvaises passes, le club local n’a pas profité des pertes de ballon d’Ismaël Koné, de Kamal Miller et de Rudy Camacho, notamment, qui ont commis des erreurs en raison de la pression ou de mauvais déplacements. L’équipe américaine n’a pas profité des occasions qu’elle a eues en attaques rapides et n’a pu connecter profondément dans la zone adverse.

Même si ça n’a rien coûté vraiment, le CF Montréal a laissé passer une petite opportunité et devra nettoyer ses erreurs, car ce n’était que dans ces moments que l’Union aurait pu capitaliser.

Mais le CF MTL conserve son momentum, cette psychologie positive et peut apporter cela lors de son prochain match, qui sera à domicile contre Atlanta United.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.