/news/education
Navigation

Jolin-Barrette veut bonifier le français pour les jeunes anglos

GEN-Conf�rence de presse pour annoncer l�accompagnement des personnes victime de violence conjugale � Valleyfield.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Simon Jolin-Barrette, Ministre de la Justice

Coup d'oeil sur cet article

Simon Jolin-Barrette veut que Québec bonifie l’enseignement du français pour les jeunes anglophones au primaire et au secondaire. Reste à obtenir l’appui de son collègue à l’Éducation, Jean-François Roberge.

• À lire aussi: Réforme de la loi 101: les jeunes anglos mal formés en français, dit le ministre

• À lire aussi: Québec gèlera les programmes d’attestations d'études collégiales

• À lire aussi: Langue française: les cégeps anglos freinés pour toujours dans leur croissance

Le psychodrame causé par un amendement des libéraux pour ajouter trois cours de français dans les cégeps de langue anglaise démontre la nécessité de mieux enseigner le français aux jeunes anglophones, estime le ministre responsable de la Langue française.  

Mercredi, Simon Jolin-Barrette a assuré que l’enseignement du français langue seconde au primaire et au secondaire serait revu. « Il sera bonifié, j’ai eu l’occasion de le dire aux crédits et lors de la commission parlementaire », a-t-il déclaré dans les corridors de l’Assemblée nationale. 

La veille, le ministre rappelait que le directeur général de la Quebec English School Boards Association, Russell Copeman, a récemment assuré les parlementaires que les jeunes anglophones du Québec étaient bilingues. 

« Tous ceux qui sont diplômés des écoles secondaires anglophones québécoises sont considérés, par le gouvernement du Québec, d’avoir une connaissance adéquate du français parlé et écrit », disait M. Copeman lors de l’étude du projet de loi 96. 

Élèves à risque

« Il est venu nous faire la leçon, en commission parlementaire, pour s’essuyer les pieds sur le projet de loi 96. [...] Ce n’était pas chic », a commenté M. Jolin-Barrette pendant l’étude des crédits. 

Mais les cégeps anglophones ont ensuite plaidé que l’imposition de trois cours de français mettrait en péril la réussite des jeunes, puisque ceux-ci ne maîtrisent pas la langue. Un compromis a finalement été trouvé pour permettre à la communauté historique anglophone de plutôt suivre trois cours supplémentaires de français langue seconde.

À l’étude

Devant ce constat, le français doit être « amélioré au primaire et au secondaire » dans le réseau anglophone, en plus du collégial, a déclaré le ministre. 

Malgré ces appels du pied de Simon Jolin-Barrette, son collègue à l’Éducation était avare de commentaires sur le sujet hier.  

Dans un premier temps, le cabinet de Jean-François Roberge n’était pas au courant des propos du ministre responsable de la Langue française. 

Dans un second temps, après plusieurs heures, le cabinet de M. Jolin-Barrette a précisé que les deux ministres avaient présentement « des discussions » à ce sujet. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.