/investigations/politics
Navigation

Des secrets bien gardés au consulat russe

Incendie Consulat soviétique
Photos d'archives, le Journal de Montréal Un incendie a endommagé le consulat russe en 1987. En mortaise, une boîte pour trier le courrier a été livrée au consulat en mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération de Russie possède un riche patrimoine totalisant plus de 16 M$ en immeubles dans la région de Montréal. Ces propriétés, toutes acquises à l’époque de la guerre froide, sont liées à des opérations d’espionnage et de contre-espionnage.

Notre Bureau d’enquête a découvert plusieurs informations intéressantes sur ces propriétés, dont certaines sont entourées de mystère. Le consulat n’a pas répondu à nos questions sur celles-ci.


Le consulat russe situé au centre-ville de Montréal a longtemps fait l’objet de surveillance par les services secrets canadiens qui avaient même une cache dans un bâtiment en face. Le complexe gouvernemental est composé de trois somptueuses résidences situées dans le Mille carré doré valant près de 14 M$. Elles ont été acquises de riches familles montréalaises, dont les Molson.

Les documents de vente de l’un des bâtiments de l’URSS sont signés par Thomas Henry Pentland Molson. Ce membre de la célèbre famille brassicole montréalaise a acheté le Club de hockey Canadien en 1957 avec son frère Hartland. Il a vendu sa résidence cossue pour 152 000 $, quelques mois après la naissance de son petit-fils, Geoff Molson, l’actuel propriétaire du Canadien de Montréal. 

Le bâtiment voisin a quant à lui été l’objet d’une histoire digne d’un film d’espionnage. 

Le 14 janvier 1987, un incendie se déclare dans le bâtiment central du consulat. Des gardes soviétiques interdisent d’abord l’accès aux pompiers pendant que des employés sortaient en vitesse des documents du gouvernement communiste par l’arrière du bâtiment. 

Quand les pompiers ont finalement pu accéder à l’intérieur, ils ont été étroitement surveillés par des employés du consulat qui tentaient de les empêcher d’accéder à certaines salles.

Incendie Consulat soviétique
Photo d'archives, le Journal de Montréal

OPÉRATION ULTRASECRÈTE

Malgré les efforts des Soviétiques, les services secrets canadiens mettront la main sur les débris de la demeure complètement ravagée par les flammes. 

Des agents du gouvernement effectueront un tri minutieux des décombres dans le but de trouver des documents appartenant à leurs rivaux du bloc de l’Est. 

Quelques années plus tard, un ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ayant pris part à cette opération ultrasecrète nommée projet F déposera même une plainte en cour contre son employeur. 

Guy Chamberland disait avoir été contaminé par des bactéries en triant à la main les débris de l’incendie. 

Depuis le début de la guerre en Ukraine, plusieurs citoyens ont manifesté devant le consulat russe de Montréal. 

Les diplomates ont également dû traiter avec des colis suspects en mars, a révélé notre Bureau d’enquête. Le consulat s’est muni d’une boîte hermétique pour y ouvrir son courrier après avoir trouvé de la poudre blanche sur deux enveloppes. 

Pas de sanctions        

  • Le Canada n’a pris aucune sanction contre les biens immobiliers du gouvernement russe ni contre les diplomates depuis le début de la guerre en Ukraine. Des pays européens comme la France, l’Allemagne ou l’Italie ont déjà expulsé bon nombre de diplomates en raison de l’invasion.  
  • Les cinq immeubles appartenant à la Fédération de Russie sont exemptés de taxes foncières, comme tous les édifices appartenant à des gouvernements étrangers au Québec. Le pays de Vladimir Poutine n’a qu’à débourser une centaine de dollars par an à la ville de Saint-Colomban pour le ramassage des déchets et du recyclage.        

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.