/misc
Navigation

Environnement: l'espoir est dans l'action

Coup d'oeil sur cet article

Il est difficile de résister au cynisme, lorsqu’on entend le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, se dire fier de présenter un plan ayant comme objectif d’atteindre seulement la moitié d’une cible insuffisante pour répondre à l’urgence climatique.

Rappelons que par habitant, l’empreinte carbone d’un Québécois est quatre fois plus élevée que ce qui permettrait de limiter le réchauffement à 1,5 degré, selon l’Institut de la statistique du Québec.

Viser plus haut

Certes, l’empreinte d’un Albertain ou d’un Américain est pire que la nôtre. Mais quand on se compare à un Suédois, nous sommes des cancres !

Nous avons pourtant le potentiel de devenir les meilleurs, et pas seulement à cause de notre hydro-électricité.

Nous sommes ingénieux, courageux et généreux. Nous avons les connaissances et les compétences qui font en sorte que « quand on veut, on peut » collectivement.

Mais surtout, nous savons aimer

L’amour est un gisement inépuisable de volonté. Spécialement quand on pense à nos enfants. On sait qu’ils subiront de manière disproportionnée les conséquences de nos incohérences.

Nous aimons aussi notre territoire foisonnant, malmené par un système qui carbure à son exploitation. On peut faire autrement.

Protéger l’avenir n’est pas utopique. Investir, produire, consommer, se déplacer et surtout être heureux en respectant les limites planétaires est possible. Dans mon livre La transition, c’est maintenant, j’en parle concrètement.

Nos gouvernements ont un grand rôle à jouer pour établir les règles du jeu.

La députée libérale Isabelle Melançon vient de déposer un projet de loi qui inscrirait le droit à un environnement sain parmi les droits fondamentaux de la charte des droits et libertés du Québec. Ce serait une importante avancée.

Québec solidaire et le Parti Québécois proposent aussi des solutions ambitieuses qui feraient un pied de nez au cynisme ambiant.

Parce qu’on n’a plus le temps des demi-mesures, le 8 mai, à Québec, je prendrai part à la marche « Du pain et des forêts ». Nous avancerons tous ensemble pour nos enfants.

L’espoir est dans l’action.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.