/weekend
Navigation

Le grand Retour de l’Opéra

Patrick Corrigan
Photo Pierre-Paul Poulin Patrick Corrigan, directeur général de l’Opéra de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Voilà 825 jours que l’Opéra de Montréal n’a pas pu offrir de spectacles d’envergure devant des spectateurs en chair et en os. Le 7 mai prochain, la première de La flûte enchantée de Mozart marquera le grand retour « à la normale » à l’Opéra de Montréal. 

Written on Skin est la dernière production à avoir été présentée sur la scène de la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, il y a plus de deux ans. Deux années d’incertitude pandémique ayant forcé l’Opéra de Montréal à se réinventer en présentant notamment de plus petits spectacles en formule en ligne. De petites douceurs pour les amateurs d’opéra (cinq diffusions en haute définition en ligne dont deux premières mondiales), certes, mais des diffusions nullement comparables aux présentations d’envergure, en direct et en salle, d’une véritable expérience à l’opéra.

« Nous sommes tellement heureux de revenir dans cette salle avec une grande œuvre comme La flûte enchantée, explique Patrick Corrigan, directeur général de l’Opéra de Montréal. C’est la première fois depuis février 2020 que nous retournons sur la grande scène. C’est une œuvre extraordinaire qu’on voulait absolument avoir à Montréal. Ce sera spectaculaire ! »

Une équipe de plus de 200 personnes s’affaire à mettre sur pied le spectacle de cette œuvre connue à travers le monde. Mise en scène par Barrie Kosky, un artiste australien reconnu pour avoir une grande influence dans le monde de l’opéra, cette production « particulière et irrésistible » selon le directeur de l’Opéra, réunira des artistes ayant déjà porté ce projet et des chanteurs qui brilleront en direct sur scène. 

Inspirée des frères Lumière et du cinéma muet, la scénographie de La flûte enchantée sera composée d’un énorme écran – faisant toute la scène – dans lequel les chanteurs ayant emprunté des escaliers seront comme déposés, attachés à une quinzaine de pieds dans les airs. 

« L’opéra est un art vivant et une forme d’art avec autant de portée que la danse, ajoute Patrick Corrigan. C’est une forme de théâtre spécifique et émotif qui se développe très bien, merci aux jeunes artistes qui exercent une grande influence sur la forme. »

Prudence et prévoyance

Un soin extrême est porté par la production qui souhaite s’assurer que tout se passera bien d’ici la soirée de première du 7 mai ; chaque rôle possède sa doublure qui participe aux répétitions et l’accès à celles-ci reste très limité afin d’éviter les éclosions de COVID-19. Quelques infections ont d’ailleurs éclos dans la compagnie, mais ont heureusement été contrôlées.  

« Les artistes sont très heureux d’être de retour, poursuit le directeur de l’Opéra de Montréal, qui voit La flûte enchantée comme une œuvre pertinente, actuelle, inoubliable et familiale. Il s’agit d’un des grands chefs-d’œuvre de Mozart, une œuvre pour tous, un voyage fantastique de découvertes d’un jeune homme qui se réalise dans un monde de conte de fées. »

Une « production sans pareille et du théâtre d’une force émotionnelle énorme » pouvant servir de parfaite introduction à l’opéra auprès des jeunes et des non-initiés.  


La flûte enchantée de Mozart sera présentée à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts les 7, 10, 12 mai 2022 à 19 h 30 ainsi que le 15 mai 2022 à 14 h et en supplémentaire le 17 mai à 19 h.
Un rabais de 50 % est offert sur le prix des billets jeunesse (17 ans et moins). 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.