/investigations/justice
Navigation

Les mystères du pilote des stars

GEN - COMPARUTION DE NORMAND DUBÉ
Photo d'archives, Martin Alarie Normand Dubé lors de son procès en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Dans mon esprit, l’affaire était classée depuis longtemps : Normand Dubé, alias « le pilote des stars », a saboté des lignes à haute tension d’Hydro-Québec avec son avion et plongé 180 000 personnes dans le noir.

La cour a tranché en ce sens en septembre 2018, estimant que ce criminel capable de tout pour parvenir à ses fins méritait 7 ans de pénitencier.

Dubé n’a pas aidé son cas par la suite. Il a écopé de 9 ans de prison pour avoir commandé des incendies criminels. Il a aussi mené une cavale, à partir de décembre 2020, qui en a fait l’un des dix criminels les plus recherchés du Québec.

Il croupira derrière les barreaux longtemps.

Et pourtant, en écoutant les premiers épisodes du nouveau balado Par pure vengeance, produit par notre Bureau d’enquête, le doute a ressurgi dans mon esprit. Et si on ignorait encore des éléments dans cette affaire ?

Versions contradictoires

Les deux premiers épisodes sont déjà diffusés depuis mardi sur QUB.ca. Mais je peux déjà vous dire que vous avez hâte d’entendre le tome 3, à partir de mardi prochain.

Dans cet épisode, la journaliste Marie-Christine Noël et la réalisatrice Anne-Sophie Carpentier explorent le principal alibi du pilote des stars : selon lui, c’est son ami Steve Garrett qui a commis le sabotage des lignes à haute tension avec son hélicoptère.

Normand Dubé assure que la Couronne était au courant de sa version avant son procès qui s’est tenu en 2018. Son avocate de l’époque affirme aussi en avoir avisé le procureur de la Couronne, Steve Baribeau, deux fois plutôt qu’une.

Me Baribeau dit tout le contraire et jure avoir été pris par surprise par cette version. « Jamais M. Dubé ou son avocate ne nous a informés de cet élément-là. [...] S’ils l’avaient fait, on l’aurait rencontré, M. Garrett », jure Me Baribeau dans le balado.

Si bien que le procureur de la Couronne ne se « souvient pas » si des vérifications ont été faites pour déterminer si Steve Garrett avait bel et bien survolé les zones où les sabotages sont survenus...

Ce qu’on sait, par contre, c’est qu’aucun autre appareil que celui de M. Dubé n’est passé par là le jour des pannes.

Et pour ajouter au mystère, Steve Garrett s’est tragiquement suicidé à 32 ans au premier jour du procès de Normand Dubé, et ne pourra donc jamais nous éclairer.

Une grande partie du procès s’était d’ailleurs tenue dans le plus grand secret – même le public et les journalistes devaient sortir de la salle lorsque certains éléments dits « de sécurité nationale » étaient présentés au juge.

Rare témoignage

Au final, la thèse de la Couronne voulant que Dubé ait perpétré ces crimes par vengeance a été retenue par le juge. Le pilote avait en effet mené une longue bataille judiciaire contre Hydro, qui prenait son origine dans une banale affaire d’empiétement de quelques mètres sur son terrain de Sainte-Anne-des-Plaines.

Cette montée en épingle est racontée dans le balado, qui présente aussi un rare témoignage sans filtre du lieutenant Martin Bouchard, qui a mené l’enquête de la Sûreté du Québec.

L’affaire Normand Dubé est certainement l’une des sagas criminelles les plus fascinantes et mystérieuses de la dernière décennie. Et avec le balado Par pure vengeance, on n’a pas fini d’en entendre parler.

Bonne écoute !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.