/news/provincial
Navigation

Promenade Samuel-De Champlain: la phase IV du projet reléguée aux oubliettes par la CAQ

La dernière portion de la promenade Samuel-De Champlain ne verra pas le jour

Promenade Samuel-de-Champlain phase IV, phase 4
Photo courtoisie Une illustration de l’un des belvédères qui étaient prévus dans le cadre de la phase IV de la promenade Samuel-De Champlain, située dans le secteur est de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

La phase IV de la promenade Samuel-De Champlain est officiellement reléguée aux oubliettes. La CAQ préfère plutôt miser sur d’autres projets, comme l’implantation d’une zone d’innovation dans le littoral est.

C’était déjà presque écrit dans le ciel. En 2019, notre Bureau parlementaire avait rapporté que ce qui devait être la quatrième et dernière phase de la promenade Samuel-De Champlain attendrait que le projet de 3e lien entre Québec et Lévis se précise. Idem pour le projet Laurentia du port de Québec, qui est maintenant mort et enterré.

À l’époque, il était prévu que le tunnel relie les deux rives près de la pointe de l’île d’Orléans. On nous avait toutefois assuré que la phase IV, qui prévoyait notamment l’aménagement de quelques belvédères et d’un parcours le long du fleuve, était « toujours dans les plans ».

Tout porte à croire que ce n’est plus le cas, même si le tracé du tunnel se situe dans l’axe de centre-ville à centre, et non à proximité du littoral est, où l’on retrouve les quartiers Maizerets, D’Estimauville et Beauport.

Guilbault confirme

« On n’avait pas pris d’engagement formel de faire la phase IV », a confirmé la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, lorsque questionnée à ce sujet par Le Journal, en marge de l’étude des crédits budgétaires.

Mme Guilbault, qui était accompagnée pour l’occasion par la PDG de la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ), Marie Claire Ouellet, a rappelé à quel point la phase 3 de la promenade Samuel-De Champlain a été complexe à mettre en branle. 

« Et c’est encore très rocambolesque », a dit Mme Guilbault, en racontant que la relocalisation de la voie ferrée, dans le secteur concerné, a été une véritable « saga » avec les autorités fédérales. Rappelons que le BAPE avait aussi renvoyé tout le monde à la table à dessin, sous le précédent gouvernement.

Le projet de près de 200 millions $, situé entre les côtes de Sillery et Gilmour, qui doit être mené à terme d’ici l’été 2023, est désormais « la priorité » de la CCNQ, a signalé Mme Ouellet.

On ne retrouve d’ailleurs plus aucune trace du « plan directeur du littoral est » sur le site de la Commission. C’est pourtant la CCNQ qui avait pris à sa charge de réaliser un plan directeur, en 2015, et de mener une consultation, en 2017, pour finalement déposer un rapport, l’année suivante.

InnoVitam

Outre la relocalisation du projet de 3e lien, depuis, est apparu le « possible » projet de zone d’innovation du littoral est, rebaptisé récemment InnoVitam, a souligné Mme Guilbault.

Pourtant, à ce jour, aucun soutien officiel de la part du gouvernement du Québec – outre une somme pour la décontamination de terrains – n’a encore été accordé à la Ville de Québec, qui est porteuse du dossier avec l’Université Laval.

« Il y a le nouveau maire aussi qui est arrivé (en novembre dernier), et qui a lui-même sa vision pour ce développement-là dans l’est. Il y a le tramway (jusqu’à D’Estimauville), il y a tout ça », a observé Geneviève Guilbault.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.