/entertainment/stage
Navigation

Ode à l’amitié

Le Théâtre de Quat’Sous propose Toutes choses

Kathleen Fortin et Sophie Cadieux
Photo courtoisie, Yanick Macdonald Sophie Cadieux et Kathleen Fortin dans Toutes choses.

Coup d'oeil sur cet article

C’est une ode à l’amitié que livrent l’autrice Fanny Britt et la metteuse en scène Alexia Bürger avec la pièce Toutes choses, qui est imaginative à souhait, bien que trop éparpillée.

Ces deux créatrices ont plongé dans leur longue camaraderie vieille d’une trentaine d’années et de leur passion pour le film Stand by Me afin de montrer l’importance de l’amitié pour l’âme humaine au Théâtre de Quat’Sous.

Dans cette production à forte saveur autobiographique, ces deux grandes amies sont personnifiées par la rousse, incarnée par Kathleen Fortin, et la brune, interprétée par Sophie Cadieux. Seules sur les planches, ces deux actrices transmettent avec sensibilité cette complicité unique.

S’y juxtaposent des faits issus de la foisonnante imagination de Fanny Britt, qui a écrit cette œuvre. Le spectateur est ainsi exposé à des explications sur des sujets aussi divers que la découverte du stress par le docteur Hans Selye à Montréal et l’affaire du petit Gregory, un enfant assassiné en France en 1984. La pièce passe donc continuellement du coq à l’âne.

Retour dans le passé

En évoquant des lieux comme le Peel Pub au centre-ville de Montréal, la première moitié du spectacle nous fait vivre la réelle adolescence des deux créatrices. Cette intimité est cependant interrompue par les multiples références au film qui raconte les liens qui unissent quatre garçons qui partent à la recherche du corps d’un enfant de leur âge en Oregon.

Évidemment, ce long métrage de 1986 fait partie de la vie de Fanny Britt et d’Alexia Bürger, qui l’ont vu un nombre incalculable de fois ensemble. Et mettre en parallèle l’amitié qui y est racontée à celle vécue sur scène est certainement ingénieux. 

Toutefois, au bout du compte, les détails du film sont parfois ennuyants et grugent du temps qui aurait pu servir à approfondir les personnages principaux. Même chose pour les apartés didactiques sur divers sujets qui empêchent de lever le voile sur les deux protagonistes.

En filigrane, des questions forts pertinentes sont mises sur table avec une grande intelligence. 

La multiplicité des détails et des références culturelles fait de ce spectacle un objet unique. Mais cette densité se fait aux dépens d’une trame qui ne surprend pas et qui masque une émotion qu’une si profonde amitié aurait dû davantage faire jaillir.

  • Toutes choses est présentée jusqu’au 14 mai au Théâtre de Quat’Sous.

Toutes choses

★★★ 1⁄2

Une mise en scène d’Alexia Bürger

  • Avec Kathleen Fortin et Sophie Cadieux
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.