/opinion/columnists
Navigation

La CAQ doit faire plus

Coup d'oeil sur cet article

Le casse-tête des vols aux Îles-de-la-Madeleine, où les retards et annulations ont même un impact sur la santé d’utilisateurs, démontre à quel point les billets à 500 $ annoncés par le ministre Bonnardel sont bien loin d’être la panacée.

En région, les dessertes aériennes régionales se dégradent depuis des années. Aux Îles-de-la-Madeleine, les problèmes étaient déjà criants avec le monopole d’Air Canada, qui s’est retiré en 2020 pour n’offrir qu’un service réduit l’été. 

Mais avec le monopole de Pascan Aviation, en dehors de la saison estivale, la situation est devenue tout simplement insupportable. 

« Les services se dégradent en région, les fréquences sont inadéquates, les retards et annulations se multiplient », a déploré le député péquiste Joël Arseneau lors des échanges à l’Assemblée nationale. 

Poudre aux yeux 

Le 19 avril, le ministre François Bonnardel annonçait son nouveau plan de transport aérien régional, qui consiste à investir 261 M$ sur cinq ans. Parmi les dispositions, la principale consiste à offrir des billets allers-retours pour un tarif maximum de 500 $. 

Certes, cette mesure encouragera le tourisme. Mais que fait le gouvernement pour les gens des régions qui souffrent d’un service totalement inadéquat ? Qu’a-t-il à dire aux gens qui doivent aller se faire soigner, ou aux spécialistes qui se déplacent pour s’en occuper, mais qui ne parviennent même pas à se rendre à destination ?

Le député Arseneau, qui a crié au cafouillage et au show de boucane, plaide pour un meilleur service aérien régional avec de véritables solutions durables.

Or, pour restructurer l’offre en région, on ne peut se contenter de réduire les tarifs. Il faut trouver moyen d’augmenter la fréquence des vols et le nombre de sièges, et d’améliorer le service en stimulant la compétition. 

Pas de hasard 

Comme par hasard, l’annonce du plan caquiste est survenue le jour même où François Legault était aux Îles avec le maire Jonathan Lapierre, que des rumeurs persistantes envoient comme candidat caquiste aux élections. On dit qu’il n’y a pas de hasard, justement...

Sauf que les citoyens des régions valent plus que des annonces électoralistes. Ils sont en droit de s’attendre à ce que le gouvernement fasse passer leurs besoins avant ses gains aux prochaines élections.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.