/entertainment/stage
Navigation

Garder le cap en pleine tempête...

La pièce Pipeline offre quelques réflexions

Pipeline
Photo courtoisie, Antoine Saito Dans Pipeline, la vie d’une mère monoparentale bascule lorsque son fils est menacé d’expulsion de son école à la suite d’une agression.

Coup d'oeil sur cet article

Des voix différentes, des questions sociales importantes sur la parentalité, le système d’éducation et la vie des jeunes Noirs et un peu de maladresse se mélangent à La Licorne avec la pièce Pipeline.

Montée par le Black Theatre Workshop, qui travaille pour la première fois de ses 50 ans d’existence dans ce théâtre montréalais, cette production raconte l’histoire d’une mère monoparentale (Jenny Brizard) qui voit son adolescent (Grégory Yves) être menacé d’expulsion de son école privée à la suite d’une agression qu’il a commise. Elle tente ainsi de le maintenir dans le droit chemin, un exercice d’équilibriste qui s’avère être un énorme défi. 

Cette pièce de l’autrice américaine Dominique Morisseau aborde le thème des relations parentales à travers ces protagonistes, mais aussi avec le père absent (Jean Bernard) qui entretient une relation trouble avec son fils, dont il finance les études.

Cette distribution est complétée par Anie Pascale dans la peau d’une enseignante blanche et collègue de la mère dans une école défavorisée, Schubert Pierre-Louis, qui est un gardien de sécurité dans cet établissement, et Gloria Mampuya, la petite amie du fils. Cette dernière est particulièrement brillante sous les traits de cette jeune femme qui a autant de verve que d’esprit.

Les difficultés des Noirs dans une société dans laquelle la couleur de la peau influence les perceptions et engendre des inégalités sont aussi abordées avec intelligence.

Manque de fluidité

Présentée pour la première fois au Lincoln Center Theatre de New York en 2017, cette œuvre bien d’actualité s’appuie sur une trame facile à suivre qui progresse en crescendo pour aboutir sur une explication longtemps attendue. Entre l’événement perturbateur du début et la conclusion, certaines longueurs viennent plomber le spectacle. Le jeu inégal des comédiens nuit aussi parfois au rythme dans cette mise en scène d’ahdri zhina mandiela.

Le propos est cependant enrichi par le poème We Real Cool de Gwendolyn Brooks, qui évoque les dangers de défier l’autorité et de sécher ses cours. C’est le fameux « pipeline », ce phénomène lié à l’abandon scolaire qui mène les décrocheurs vers la criminalité.

Malgré ses imperfections, ce spectacle confronte le public à une réalité occultée avec un point de vue rafraîchissant et le laisse avec des questions à ruminer, de quoi dire mission accomplie !


Pipeline est présentée jusqu’au 8 mai à La Licorne.

  • Pipeline ★★★☆☆

Une mise en scène d’ahdri zhina mandiela

Avec Jean Bernard, Jenny Brizard et Grégory Yves

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.